09/10/2014

Vieillir ne sera plus un fardeau

senior
En 2060, un tiers des Français aura plus de 60 ans et les plus de 85 ans seront près de 5 millions. C’est pour anticiper les conséquences de ce vieillissement de la     population sur l’ensemble de notre organisation sociale que nous examinons cette semaine à l’Assemblée le projet de loi sur l’adaptation de la société au vieillissement.

Elaborées après une très large concertation, la soixantaine de mesures qu’il propose concrétisent trois idées fortes : anticiper la perte d’autonomie, adapter la société et accompagner les personnes en perte d’autonomie.

Lorsqu’il s’agit d’autonomie, l’adaptation du logement est un enjeu central. Des aides permettront ainsi d’aménager 80.000 logements d’ici 2017. Nous allons aussi développer une offre adaptée pour que les âgés puissent choisir le modèle de logement qui leur convient : à domicile ou dans des foyers-logements. Les tarifs des maisons de retraites seront plus transparents et un panier des prestations obligatoires comprises dans le prix de base sera établit. L’évolution des prix devra désormais se faire en fonction de l’évolution du montant des pensions.

Le nombre d’heures d’aide à domicile sera augmenté pour les personnes qui en ont le plus besoin. Il s’agit également de reconnaitre un véritable droit au répit pour les aidants. Par exemple, pour que les personnes qui hébergent chez eux leurs parents ou leurs grands parents puissent partir en vacances, une aide à domicile viendra s’occuper de la personne âgée pendant leur semaine d’absence.

En termes de politiques publiques, beaucoup peut être fait pour mieux prendre en compte les personnes âgées. La création d’un Haut conseil de l’âge leur permettra ainsi de participer directement aux décisions qui les concernent. Les problématiques du vieillissement devront être intégré dans l’organisation pratique de la ville et donc dans les programmes locaux d’habitat ou dans les plans de déplacement urbain.

Ce projet de loi traduit une grande ambition et l’un des 60 engagements du Président Hollande : que la perte d’autonomie ne soit plus un fardeau pour les personnes concernées et leur famille. Anticiper la dépendance permet de mieux l’appréhender.