09/04/2006

TRANSPORTS IdF : DES CRAINTES JUSTIFIÉES…

En juillet dernier, alors que la session parlementaire était terminée, le gouvernement nommait Pierre Mongin, ancien directeur de cabinet de Dominique de Villepin, à la tête de la RATP, en remplacement d’Anne-Marie Idrac. Cette dernière prenait la place laissée vacante par Louis Gallois à la SNCF. Un jeu de chaise musicale qui devait faire oublier les derniers soubresauts de l’affaire EADS mais qui augurait mal des négociations à venir sur les transports parisiens.
Les suites ne se sont pas faites attendre… En plein mois d’août, le gouvernement a publié un décret qui évince les représentants de la ville de Paris et du Conseil régional d’Ile-de-France du Conseil d’administration de la RATP. En dépit de tous les discours tenus sur la décentralisation, le gouvernement fait litière de la légitime participation des élus parisiens et de la région aux instances de la RATP.
Bertrand Delanoë répond à Dominique Perben, ministre des transports :

Monsieur le Ministre,

Le gouvernement a publié le 11 août dernier un décret qui modifie la composition du Conseil d’administration de la RATP. Cette réforme aboutit dans les faits, à évincer de cette instance, les deux seuls élus représentant respectivement la Ville de Paris et la Région Ile-de-France. Autrement dit, cette initiative unilatérale, prive délibérément ces deux collectivités, directement concernées par l’activité de la RATP, de tout contrôle sur les orientations stratégiques de l’entreprise.

Une telle manœuvre est d’autant plus scandaleuse qu’elle prétend s’appliquer dans le cadre de la loi de démocratisation du secteur public ( !) et qu’elle intervient quelques mois à peine après la décentralisation effective du STIF. Outre sa dimension malheureusement politicienne, elle remet ainsi en cause l’efficacité même d’un Conseil d’administration qui serait privé de deux acteurs dont l’opinion et la légitimité sont pourtant évidentes.

Rompre tout lien entre les élus parisiens et franciliens et la RATP, dans le cadre d’un décret paru discrètement dans la torpeur de l’été, traduit un mépris édifiant à l’égard des usagers des transports franciliens et les habitants de nos collectivités.

Dans ces conditions, je vous demande de veiller à réintégrer dans les meilleurs délais les représentants de la Ville de Paris et de la Région Ile de France au sein du conseil d’administration de la RATP. Toute autre décision de votre part confirmerait les motivations réelles de cet acte : dans cette hypothèse – que je refuse de privilégier à ce stade – soyez certain que nos concitoyens, Parisiens et Franciliens, seraient légitimement tenus informés d’une réalité dont je n’entends pas m’accommoder.

Dans l’espoir d’une issue dominée par le retour au bon sens et au respect de chacun, je vous prie d’agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de mes salutations.

Copie : Monsieur Jean-Paul HUCHON, Président du Conseil Régional d’Ile de France

Bertrand DELANOË