10/21/2010

TOUT VA TRÈS BIEN MADAME LA MARQUISE

Alors que la mobilisation contre le projet de réforme des retraites ne faiblit pas, le gouvernement entonne son refrain habituel de « Tout va très bien Madame la Marquise ».

Ils nous y avaient déjà habitué, par exemple au sujet du bouclier fiscal. Pendant 3 ans, alors que tout le monde dans le pays, sauf les personnes les plus fortunées biens sûr, criaient à l’injustice, à l’immoralité et à l’inefficacité de cette mesure phare du sarkozisme, le gouvernement faisait mine de ne rien entendre. Jusqu’à ce que l’actuel Ministre du Budget déclare finalement, il y a quelques semaines, qu’effectivement ce bouclier était injuste. Dommage qu’il n’ai pas poussé sa bonne intuition jusqu’à voter l’amendement socialiste supprimant le bouclier fiscal.

Eric Woerth est aussi un grand spécialiste du dénie de réalité. Le 10 décembre 2009, le député socialiste Christian Eckert lui avait demandé, lors des questions d’actualité, s’il n’y avait pas une certaine confusion des genres entre ses fonctions de trésorier du parti politique au pouvoir, recherchant des financements auprès des personnes les plus riches de France, et le poste de Ministre du budget, responsable notamment de la politique fiscale. A cette époque, le ministre avait trouvé la question « stupide ». Quelques mois plus tard, après que l’affaire Bettancourt ait montré l’ampleur de la collusion entre le pouvoir de l’argent et le pouvoir politique, M. Woerth retrouvait sa lucidité et démissionnait de son poste de trésorier de l’UMP.

Aujourd’hui, c’est sur la distribution de carburant que le gouvernement semble avoir du mal à comprendre la réalité. Au 20H de TF1 du 17 octobre, François Fillon assurait qu’il n’y avait pas, et qu’il n’y aurait pas, de problème d’approvisionnement d’essence. Alors que depuis plusieurs jours, une vingtaine de dépôts pétroliers sont bloqués, que plus de 4.000 stations services sont en grande difficulté et que la pénurie de carburant est une réalité qui touche une large partie du territoire le président Nicolas Sarkozy dément en 2 jours son Premier ministre, promettant qu’il allait « garantir l’ordre » et régler le problème d’un coup de baguette magique…

La droite a vraiment du mal à comprendre ce qui se passe dans le pays. Mais à force de toujours nier la réalité, elle ne parvient, au final, qu’à perdre sa crédibilité.