04/04/2011

TARIF DES CANTINES PARISIENNES : LA DROITE REFUSE D’APPLIQUER LA LOI

Malgré l’injonction du Tribunal Administratif, certains maires d’arrondissement UMP continuent de refuser d’appliquer la délibération votée par le Conseil de Paris en mai 2010 qui a mis fin aux inégalités entre les familles parisiennes avec une tarification unique des cantines scolaires.

Pour ces maires, il s’agit avant tout de permettre aux familles les plus aisées de continuer à profiter de tarifs qui les avantagent au détriment de toutes les autres. En décembre dernier, le Tribunal Administratif a jugé qu’ils n’étaient pas en droit d’ignorer la loi. Ils disposaient de 2 mois pour prendre les mesures nécessaires afin d’exécuter la réforme. Certains maires se sont finalement résolus à ne pas contester la décision du Tribunal et l’ont appliqué avec mauvaise grâce. Ainsi, Brigitte Kuster, Maire du 17ème qui s’était engagée auprès du comité de gestion de la caisse des écoles à mettre en œuvre les nouveaux tarifs à partir du 1er février, a attendu un mois de plus. Non contente d’avoir été dans l’illégalité pendant 6 mois, elle conteste maintenant le remboursement du trop perçu durant ce délai en ce qui concerne une partie des familles qui ont de fait payé plus cher qu’elles n’auraient dû la restauration scolaire de leurs enfants.

Ce comportement d’élus de la République est choquant et inacceptable. C’est pourquoi la Ville de Paris saisit à nouveau le juge administratif afin que les caisses en infraction appliquent, sous astreinte, pleinement la décision du tribunal.