01/27/2010

REPOS DOMINICAL ? RETOUR A LA MAISON !

Lundi, une procédure aux prud’hommes était lancée par trois salariés d’une grande surface de l’Ain, licenciés pour avoir refuser de travailler un dimanche. Suite à la dérogation que l’établissement a obtenu pour ouvrir le dimanche matin, ces trois salariés ne se sont pas présentés deux dimanches consécutifs. Ils ont été licenciés pour « absence injustifiée ». Cette décision de l’entreprise, qui passera en jugement en octobre prochain, montre bien le caractère illusoire du « volontariat » pour travailler le dimanche. Comme nous le disions lors du débat sur l’assouplissement du travail du dimanche, certains n’auront pas le choix que de plier aux décisions de l’entreprise !

La fiction de la liberté du salarié est donc bien une réalité ! Avec cette décision, que vont faire les mères de familles, qui élèvent seules leurs enfants ? Vont elles prendre le risque de refuser de travailler le dimanche et être licenciés par la suite ?

Le travail dominical n’était pas une bonne mesure économique, nous l’avions dénoncé.  Aujourd’hui, une lente machine néfaste pour la vie sociale est en marche… Le gouvernement, prompt à faire des voltes faces ces derniers temps, serait bien inspiré de faire machine arrière.