07/25/2006

RÉPONSE DE JEAN PAUL HUCHON

Annick Lepetit a écrit le 15 mars dernier à Jean-Paul Huchon, Président du STIF à propos des dysfonctionnement de la ligne 13 du métro et l’insuffisance des transports dans le nord-ouest parisien.

Voici sa réponse :

Paris, le 25 juillet 2006

Madame la députée

Par une lettre du 15 mars dernier, vous avez attiré mon attention sur les dysfonctionnements de la ligne 13 et l’insuffisance de desserte par transports en commun dans le nord-ouest parisien.

Je souhaite vous apporter les éléments de réponse suivants :

- le projet Ouragan

Le STIF a approuvé le 10 octobre 2002 l’avant-projet de l’opération Ouragan, d’augmentation de la capacité de transport de cette ligne ; il a pour objectif de permettre la réduction de l’intervalle minimal d’exploitation entre deux rames de 105 à 90 secondes. Le STIf a suivi très attentivement la mise en oeuvre de ce projet, ainsi que les difficultés qui l’ont accompagné : les trains rénovés pourront circuler avec la version complète d’Ouragan à partir du début du mois de juin 2008, soit lors de la mise en service du prolongement de la ligne 13 à Asnières-Gennevilliers III.

- le renforcement préalable de la ligne 13

Compte tenu du décalage de mise en place du projet Ouragan, et conscient des difficultés de conditions de transport des voyageurs, le Conseil du STIF du 5 avril 2006 a décidé et financé le renforcement par une quarantaine de passages supplémentaires de trains par sens, en heures de pointe de l’après midi et en heures creuses. L’alternance entre les deux branches de la ligne sera réalisée toute la journée (sauf lors de l’hyper-pointe du matin où seul le système Ouragan le permettra) : cela assurera une meilleure régularité entre deux trains. Le coût de l’amélioration ainsi décidée par le STIF pour une mise en place fin 2006 s’élève en année pleine à 2,6 M€/an : elle bénéficiera à 330 000 voyageurs par jour.

- la mise en place de portes palières

Le STIF suit très étroitement ce sujet, car la mise en place à terme de « façades de quais » ou portes palières sur des stations de la ligne 13 a pour objectif d’empêcher les intrusions sur la voie, d’améliorer la sécurité et la régularité de la ligne, en évitant ainsi de nombreux incidents préjudiciables aux voyageurs. Le début de l’installation des démonstrateurs de façades de quais à Saint-Lazare et Invalides (trois industriels : KABBA, FAIVELEY et CNIM ) a eu lieu en mars 2006 pour une phase d’expérimentation d’environ 6 mois. A l’issue de cette expérience, un bilan sera établi dont je ne manquerai pas de vous faire part des conclusions.

- le doublement de la ligne 13

Conscient des enjeux, le STIF lancera très prochainement une étude sur le devenir de la ligne 13 dans un cadre élargi de réponse aux besoins de déplacements du quart nord ouest de la proche couronne. En effet, le projet Ouragan va permettre la mise en place d’une offre supérieure à la charge. Néanmoins, à long terme, cette ligne risque de connaître à nouveau une forte augmentation de son trafic compte tenu des projets d’aménagement urbain qui pourraient intervenir dans les secteurs desservis par la partie nord. Les conditions d’un éventuel dédoublement ont été étudiées par la RATP en 2004 : un tel projet est techniquement très complexe et d’un coût d’investissement très élevé.

- le renforcement des lignes de bus

Vous évoquez la nécessité du renforcement des lignes de bus 54, 66, 74 et 81 ainsi que la surcharge du PC3.

Le Conseil du STIF a décidé le renforcement de lignes de bus à Paris, en proche et en grande couronne le 5 juillet dernier, dans le cadre de la mise en place d’un grand réseau structurant, doté d’un budget de 70 M€ : il a intégré dans ce programme, le fonctionnement le dimanche et en soirée des lignes 54 et 66, ainsi que le renforcement en heures de pointe de la ligne PC3.

Dans une seconde phase, le STIF va mener une étude sur le maillage des quartiers périphériques de Paris, en liaison avec la petite couronne : il associera très étroitement la Ville de Paris et les départements limitrophes à cette réflexion.

Je vous prie d’agréer, Madame la députée, l’expression de ma considération distinguée.

Jean-Paul Huchon