07/25/2011

RENTRÉE SOUS HAUTE TENSION

Alors que la Mairie de Paris ouvre 3 nouvelles écoles à la rentrée, 77 postes vont être supprimés. Les Réseaux d’Aide aux Elèves en Difficultés vont perdre eux 27 postes et 33 postes de remplaçants disparaissent. Le rectorat, sous la houlette du gouvernement, applique sans discernement sa logique comptable qui a pour seul objectif la baisse des effectifs sans tenir compte de la réalité.

La carte scolaire proposée par l’Académie de Paris pour la rentrée 2011 avait pourtant était unanimement désapprouvée dès le mois de février par les élus, les parents d’élèves et les syndicats enseignants. Mais force est de constater qu’alerter le rectorat n’a servi à rien et que la rentrée verra de nombreuses classes saturées. Autres conséquences pour les familles dont les enfants ne pourront être accueillis dans leur école de secteur, les trajets seront allongés et la mixité encore une fois malmenée.

Malheureusement Paris n’est que le reflet d’une politique générale qui met à mal notre école partout en France. La règle du non remplacement d’un fonctionnaire sur deux dans l’éducation nationale a des conséquences désastreuses pour l’avenir et la réussite de nos enfants. 66 000 postes ont été supprimés depuis 2007. Pour la rentrée 2011, il y aura 9 000 enseignants en moins en Primaire et 1 500 classes fermées. Ces coupes sombres ont des effets immédiats sur l’environnement scolaire des élèves. Il est grand temps d’investir dans l’éducation, à tous les niveaux, depuis la maternelle jusqu’à l’université.