05/15/2009

QUAND LE MODEM VOTE AVEC L’UMP

A moins d’un mois du scrutin européen la démagogie n’a plus de prix Il est grand temps de dénoncer l’imposture de François Bayrou  qui cherche à s’installer comme l’opposant à Nicolas Sarkozy.
En effet, François Bayrou a prétendu récemment que le MODEM avait au Parlement Européen “constamment, sans aucune exception, voté dans le sens de la défense des services publics”. Or, toute son action et celle de ses amis est ancrée à droite, au service d’une politique libérale qui attaque les services publics comme le montrent ces exemples :

– Le 16 février 2006, dans le cadre de la discussion relative à la Directive « services dans le marché intérieur » (dite « Bolkestein »), le Modem vote avec l’UMP contre l’adoption d’une directive cadre sur les services d’intérêt général garantissant la pérennité de leur mission.

– Le 27 septembre 2006, lors du débat sur le Livre blanc de la Commission sur les services d’intérêt général, le Modem vote avec l’UMP contre l’exclusion explicite des services d’intérêt général (SIG) et des services sociaux d’intérêt général du champ d’application de l’objectif de « concurrence pure et parfaite ».

– Le 18 janvier 2007, à propos du rapport sur  le « développement de chemins de fer communautaires », les parlementaires du Modem votent avec l’UMP en faveur de la libéralisation du secteur.

– Enfin, le MODEM souhaite réaliser « l’alternance à la tête de la commission », et suggére deux noms : celui de Mario Monti et celui de Guy Verhofstadt. Ces choix sont révélateurs. L’ancien commissaire à la concurrence italien n’est pas, contrairement à ce que croit François Bayrou, un homme de centre-gauche, mais bien de centre-droit : nommé par Silvio Berlusconi en 1994, il s’illustra par sa passion, courtoise mais sans faille, pour la libéralisation des services publics. Quant à l’ancien Premier ministre belge, le surnom de sa jeunesse : « Baby Thatcher », tout un programme !

Il est clair qu’Au Parlement européen, M. Bayrou n’est pas un opposant à l’UMP. C’est un soutien de la politique libérale de N. Sarkozy et de J.-M. Barroso !