03/15/2012

PRIX DE L’ESSENCE : LA HAUSSE D’IMPÔT DÉGUISÉE

Nicolas Sarkozy a beau être un expert en populisme et en démagogie, il ne faut pas pour autant le croire sur parole quand il qualifie ainsi les idées des autres. Rendre l’Europe ou les immigrés responsables de tous les maux, c’est de la démagogie. Par contre, faire évoluer la taxation sur les carburants en fonction de l’évolution de leur prix, c’est une simple mesure de justice.

A l’heure actuelle, la plus grande partie du prix d’un litre d’essence est constituée de taxes. Ce que le président-candidat oublie de dire, c’est que lorsque le prix du pétrole augmente, l’argent que gagne l’Etat sur le litre d’essence augmente également. C’est donc une sorte de hausse d’impôt déguisée subie par les ménages.

François Hollande propose que la Taxe Intérieure des Produits Pétroliers (TIPP) n’augmente pas comme les prix et qu’elle puisse être réajustée en fonction du prix de base pour ne pas peser d’avantage sur les consommateurs.

Alors que le sans plomb 95 a dépassé les 2 € dans certaines stations services parisiennes, la seule solution proposée par le président sortant est d’aller s’approvisionner dans des lieux moins chers… Chacun aura compris à quel point la question du pouvoir d’achat n’est pas la priorité de Nicola Sarkozy.

Sur cette sujet, l’Etat a les leviers en main pour influencer directement notre vie de tous les jours. Ce sera aux électeurs de choisir si le prochain président doit les activer, comme le propose François Hollande, ou continuer à laisser faire, comme Nicolas Sarkozy.