03/31/2011

PLAN D’URGENCE POUR LA JUSTICE

Magistrats, avocats, greffiers, éducateurs, conseillers d’insertion, surveillants de prisons… C’est tout le monde judiciaire qui s’est mobilisé à nouveau dans la rue. En février dernier, la grève des audiences avait permis d’attirer l’attention sur le profond malaise de notre Justice. Mais aucune réponse crédible n’a été apportée pour combler le manque de moyens financiers et humains. Quand des magistrats ont plus de 1 500 dossiers à traiter, on ne peut plus s’étonner de la longueur des délais et des 100 000 peines en attente d’application.

Le gouvernement refuse toujours de créer les postes nécessaires grâce à un véritable plan d’urgence. Il ne remet pas non plus en cause sa stratégie démagogique qui consiste à élaborer une loi par fait divers. L’enchaînement des textes, rédigés aussi vite que mal, aboutit à une incohérence flagrante de sa politique judiciaire.

Lors de son Forum sur la Justice, le Parti Socialiste a avancé 17 propositions pour améliorer le système judiciaire et rattraper le retard considérable prit par notre pays. La France est à la 37ème place sur 43 pour la part du budget par habitant qu’elle consacre à la Justice. Si nous sommes élus en 2012, nous donnerons à la Justice les moyens humains et matériels de fonctionner. Nous la rapprocherons des citoyens et des plus fragiles en développant les Maisons de la Justice et du Droit. Une réponse effective, immédiate et proportionnelle sera apportée à chaque infraction. Pour lutter efficacement contre la récidive, la réinsertion sera vraiment prise en compte. Nous assurerons l’impartialité des institutions et encadrerons le rôle du Parquet pour que l’indépendance de la Justice redevienne une réalité, pas juste en slogan.

Etant donné l’état déplorable dans lequel la droite a conduit la justice ces 10 dernières années, la tâche s’annonce grande. Mais elle est nécessaire pour redonner à la France la Justice qu’elle mérite.