06/29/2010

OBSERVATOIRE NATIONAL SUR LES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES : UNE NÉCESSITÉ

L’Assemblée vient d’adopter à l’unanimité la proposition de loi sur les violences faites aux femmes au sein des couples et leurs incidences sur les enfants. Il s’agit d’une avancée importante, mais qui aurait du être, pour plus d’efficacité, accompagnée de la création d’un Observatoire national.

Effectivement, selon une étude rendue publique par la Fédération nationale solidarité femmes (FNSF), un collectif de 66 associations, les violences conjugales tuent plus qu’on ne le pense. Au total, l’étude estime pour 2006 à 460 le nombre de décès. C’est 304 de plus que le chiffre officiel (156) donné par le ministère de l’Intérieur pour 2008 qui sert de référence. En effet, l’étude tient compte des femmes et des hommes tués par leur conjoint, mais aussi des agresseurs ou des victimes qui se suicident, ainsi que des enfants. C’est une des raisons qui justifie la création d’un Observatoire national sur les violences faites aux femmes. Il permettrait de mieux mesurer l’ampleur du phénomène et de prendre en compte les différents aspects de ce fléau par une collecte systématique des données. L’objectif étant de centraliser les informations pour la réalisation et la diffusion d’études incontestables. Il permettrait aussi de surveiller la mise en œuvre des lois et d’en évaluer leur impact.

En cette année où le gouvernement a érigé les violences faites aux femmes comme grande cause nationale, il est particulièrement décevant que l’Observatoire ne voit pas le jour à cause d’un manque de financement.