04/07/2011

OBJECTIF VÉLO !

Au cours de la semaine du développement durable, du 1er au 7 avril, la mairie de Paris a accueilli le Club des Villes et Territoires cyclables pour une journée d’étude et de débats autour du thème : Comment le vélo prend sa place ?

L’occasion de faire le point sur les avancées réalisées à Paris, les difficultés rencontrées et les aménagements à venir. Mon premier constat est positif. Nos efforts sur les pratiques de déplacements permettent aux cyclistes de mieux trouver leur place à Paris en harmonie avec les autres moyens de transport. Ce résultat provient d’une réflexion globale sur l’usage du vélo. Il ne s’agit plus seulement de faire des kilomètres de piste cyclable mais d’accompagner les cyclistes depuis le moment où ils vont acquérir un vélo jusqu’à leurs trajets dans la capitale sous ses différents aspects. Pour mener à bien cette politique, il faut l’envisager localement, mais aussi au niveau national. C’est pourquoi, nous aimerions que dans ce domaine le gouvernement nous soutienne vraiment, dans les actes et pas seulement dans la parole. Par exemple, j’ai demandé à plusieurs reprises que l’application des décrets dits « code de la rue »* soit accompagnée d’une campagne de communication nationale. Elle est essentielle pour réunir les conditions d’une bonne cohabitation entre les cyclistes, les piétons, les voitures et les transports en commun. Je crois beaucoup à la démarche du « code de la rue ». Après quelques années de discussions, elle commence à porter ses fruits à travers la mise en place notamment des double-sens cyclables à Paris dans les 70 quartiers limité a 30km/h. Une mesure qui, contrairement à ce que les oiseaux de mauvais augure m’avaient prédit, n’a provoqué pour le moment aucun accident. Au contraire, elle nous encourage à aller plus loin. La limitation des voies à 30km/h va être étendue notamment sur certains grands axes accidentogènes ou très fréquentés par les piétons comme l’avenue de Clichy par exemple.

La limitation de la vitesse des voitures et des 2 roues est une des conditions essentielles pour faire évoluer les pratiques, lever les appréhensions et ainsi donner une vraie place aux cyclistes dans une ville plus apaisée.

* En France, la Direction de la Sécurité et de la Circulation Routières a créé en 2006 un groupe de réflexion «code de la rue» français. Cette démarche participative animée par la DSCR avec l’aide du CERTU comprend un Comité de Pilotage se réunissant 2 fois par an et un comité technique se réunissant à une fréquence mensuelle. Les premiers travaux de cette démarche ont concerné le principe de prudence, les zones de circulation particulière et le double-sens cyclable. Ce travail s’est concrétisé par le décret du 30 juillet 2008 avec par exemple :  l’introduction du principe de prudence dans le Code de la Route (Art R.412-6) : c’est désormais celui qui a la protection la plus efficace, le plus fort, qui a la responsabilité de faire attention à celui qui a la protection la plus faible ; la création de la zone de rencontre ; la généralisation des doubles-sens cyclables dans la zone de circulation apaisée (zone 30, zone de rencontre, aires piétonnes).