02/15/2012

M. VANNESTE A-T-IL UN COMPTE PERSONNEL À RÉGLER AVEC LES HOMOSEXUELS ?

Le dernier dérapage contrôlé du député Christian Vanneste, affirmant que « la déportation des homosexuels est une légende », est dans la lignée de ses précédents : faux historiquement, insultant envers les mémoires des déportés et ciblant une fois encore les homosexuels.

Cette phrase semble être celle de trop pour l’UMP qui annonce son exclusion. On ne peut que regretter qu’elle n’ait pas réagi plus tôt, lorsqu’il avait déjà dépassé les bornes à plusieurs reprises. Au lieu de cela, il y a quelques semaines, le parti présidentiel l’avait une nouvelle fois investi pour les élections législatives, sans remords.

Mais cette réaction tardive ne dédouane pas la majorité pour autant. Si Christian Vanneste est allé aussi loin, c’est qu’il s’est senti autorisé à le faire. On sent ici les effets désastreux de l’interview de Nicolas Sarkozy au Figaro Magazine.

En s’attaquant au mariage homosexuel, en le rendant responsable d’une pseudo atteinte à nos institutions, en présentant l’adoption par les couples homosexuels comme un danger pour nos enfants, bref en présentant les homosexuels comme des individus de second rang aux moeurs dangereuses, l’actuel Président a donné une légitimité inespérée à tous les discours homophobes.

Après avoir légitimé pendant 5 ans le discours raciste du Front National, après avoir remis au goût du jours le discours colonial sur l’inégalité des civilisations, il est temps que la droite retrouve le sens de la République et cesse d’aller toujours plus loin dans la récupération des idées et des électeurs de l’extrême droite.