07/26/2012

LOGEMENT : ABROGATION DE LA LOI « VERANDA », LA DERNIERE NEE DE NICOLAS SARKOZY

Le logement est une priorité pour la nouvelle majorité et nous le prouvons. Il y a quelques semaines, le gouvernement a mis en place l’encadrement des loyers par décret. Hier soir à l’Assemblée, nous avons voté l’abrogation de la dernière loi décidée par la droite, la majoration des droits à construire.

Cette loi avait été totalement improvisée par Nicolas Sarkozy en pleine élection présidentielle. Développant une vision très simpliste de la crise du logement, l’ancienne majorité UMP expliquait qu’il suffisait d’augmenter de 30% les droits à construire dans toutes les villes de France pour augmenter le nombre de logements.

Ce texte est tout d’abord inutile, des dispositifs existent déjà pour densifier les logements sociaux et sobres énergétiquement, mais ils sont très peu utilisés. D’autre part, tous les acteurs du secteur ont confirmé les craintes que j’avais déjà formulées en début d’année : cette loi pousse les prix des terrains à la hausse, ce qui aggrave la situation.

Il était donc nécessaire d’abroger ce texte et de le faire vite car toutes les communes de France devaient rendre publique une étude sur la question d’ici le mois de septembre. Quel gâchis de temps et de moyens financiers pour une loi inutile.

Ce débat constitue la première étape dans la nécessaire refondation de notre politique du logement. Cet automne nous voteront une grande loi pour concrétiser les engagements du Président de la République : cession des terrains de l’Etat aux collectivités qui construisent, renforcement de la loi SRU en passant le taux minimum de logements sociaux de 20% à 25%, multiplication par 5 les pénalités financières pour les communes récalcitrantes…

Le manque de logements n’est pas une fatalité et nous mettrons tout en œuvre pour attendre l’objectif de 500.000 constructions par an. Avec les députés de la majorité et aux côtés du gouvernement, je serai présente pour apporter des réponses à cette crise qui touche de plein fouet tous nos concitoyens.