05/12/2009

L’INJUSTICE CONTINUE

bouclier-fiscal.jpgAprès avoir refusé le débat à l’Assemblée, l’UMP a repoussé la proposition de loi socialiste visant à supprimer le bouclier fiscal et à limiter les salaires des dirigeants d’entreprises financées par de l’argent public.
Cela signifie simplement que la droite trouve juste de restituer 150 millions d’euros aux 100 contribuables les plus riches, alors que cette somme est prélevée sur les impôts payés par tous les autres français. La droite pense qu’il est efficace de reverser près d’un demi-milliard d’euros aux personnes les plus aisées, même si pour cela il faut supprimer des milliers de postes d’infirmières, de chercheurs ou de policiers. La droite trouve moral que des dirigeants d’entreprises financées avec de l’argent public accroissent leurs salaires de façon irrationnelle, comme les 183% d’augmentation de M. Cirelli, vice-Président de GDF-Suez, alors qu’ils refusent dans le même temps d’augmenter leurs employés.
C’est parce que cette politique n’est ni juste, ni efficace, ni morale que j’ai voté pour notre proposition de loi et que je continuerai de me battre contre cette majorité. La droite démontre qu’elle n’a pas compris la cause profonde de la crise : les politiques libérales débridées qu’elle et ses amis ont menées depuis des années en France, en Europe et dans le monde. Elle nous prouve jour après jour qu’il n’y a rien de concret derrière ses grands discours sur la moralisation de l’économie. Elle continue d’appliquer les mêmes recettes, qui aboutissent toujours aux mêmes injustices, et ne compte pas en changer.