09/10/2012

L’IMPATIENCE

Le président de la République et l’ensemble du gouvernement n’ont pas attendu ni la rentrée politique, ni la rentrée scolaire pour être la cible d’attaques extrêmement rudes de la part de certains médias sur le thème de l’immobilisme.  Ceux qui font l’opinion ont sans doute du mal à se passer du tintamarre permanent à la tête de l’Etat auquel ils ont été trop habitués pendant toutes ces années. Pourtant, ils devraient aujourd’hui comprendre que les effets d’annonces quotidiens mais sans lendemain, c’est fini.

L’UMP la première, a  bombardé quotidiennement la nouvelle majorité, n’ayant aucun scrupule à proférer tous les mensonges. Ceux qui ont gouverné la France pendant 10 ans sans cohabitation et gardé l’Elysée pendant 17 années consécutives, ne sont pas les mieux placés pour donner des leçons au regard de leurs résultats.

« De l’impatience et de l’attente, il y en a […] mais je ne vais pas faire en 4 mois ce qui n’a pas été fait en 5 ans ou même en 10 ans » a rappelé François Hollande dimanche soir, lors de son interview au 20h de TF1.

Il a raison. C’est exactement ce que j’ai entendu de mes concitoyens durant ces mois d’été, que ce soit ceux de ma circonscription ou ceux d’autres régions de France. Pourquoi alors certain continue à  prendre les Français pour des imbéciles qui voudraient tout, tout de suite et qui n’auraient toujours pas compris la situation de notre pays ? Quel mépris et quelle arrogance !

Non seulement les Français ont compris mais ils savaient, avant les élections, que les temps seraient durs, beaucoup d’entre eux étant touchés de plein fouet par la baisse de leur pouvoir d’achat, l’angoisse du chômage, les difficultés à se loger. Ils savaient que cela ne se règlerait pas d’un coup de baguette magique mais ils savaient aussi que poursuivre la même politique incompréhensible et injuste était dangereux. Ils avaient raison.

S’ils n’avaient pas changé de majorité, voilà quelle rentrée nous aurions eu : l’augmentation de la TVA représentant 12 Mds € payés par tous et l’allégement de l’ISF pour les grandes fortunes avec un coût pour les autres de 2,3 Mds €. Aucune aide supplémentaire pour l’achat des cartables et des fournitures à 5 millions d’enfants comme le nouveau gouvernement l’a fait avec la revalorisation de 25 % de l’allocation de rentrée scolaire dès le 21 août. Il y aurait encore moins de personnels que l’année dernière dans le primaire et le secondaire alors que 2 600 postes supplémentaires ont été ouvert pour l’école de la république sans compter les remplacements de ceux qui partent à la retraite !

Il n’y aurait pas non plus de baisse du prix des livres ni celle du prix de l’essence, pas plus qu’il n’y aurait l’encadrement des loyers dans les 38 plus grosses agglomérations dont Paris…

Alors de l’impatience, oui, de l’attente, certainement et heureusement ! De l’agitation, non.