02/06/2009

LES LYCÉENS SONT EN COLÈRE, LES ÉTUDIANTS EN GALÈRE ET LES SALARIÉS PRÉCAIRES

mjs.jpg« Je dois faire en sorte que la France entre le plus tard possible dans la crise », voilà comment Monsieur Sarkozy a introduit ses propos… Vivrait-il en France ? La crise est d’abord un révélateur…
L’intervention du Président de la République s’est limitée à des effets d’annonce qui n’ont pas réussi à masquer ses hésitations et ses incohérences.
Pire, il se cache derrière la crise pour justifier l’inefficacité de sa politique économique et sociale. La France était déjà en récession avant la crise financière ! La finance internationale n’est en rien responsable des lois injustes votées par l’UMP à l’Assemblée nationale.
Il est vrai qu’il est plus facile de se cacher que d’assumer d’avoir fait baisser les impôts des plus riches de 15 milliards par an.
Aucune nouvelle mesure n’a été annoncée, sauf la suppression de la taxe professionnelle en 2010, sans compensation définie ni même envisagée, ce qui ne manquera pas d’accentuer encore les difficultés de collectivités territoriales. 
Il y a un décalage ahurissant entre Nicolas Sarkozy et les Français.
Il a donc, le 5 février, de maintenir le cap d’une politique inefficace et injuste.