03/06/2011

LES CHOIX DU GOUVERNEMENT POUR LES RICHES

Le bouclier fiscal aura ainsi vécu. Mesure emblématique de la droite au pouvoir et particulièrement de la présidence de Sarkozy, il aura été le plus grand symbole d’une politique fiscale injuste. Les socialistes, et avec eux beaucoup d’autres, n’ont cessé de démontrer à quel point il était scandaleux que l’Etat rende des centaines de millions d’euros aux contribuables les plus aisés. Je n’ai pas été la dernière à expliquer ici que cette mesure était coûteuse et inutile pour l’économie de notre pays.

Si le gouvernement a fini par abandonner son bouclier fiscal, c’est avant tout parce qu’il craint un sévère boomerang électoral. Personne n’est dupe de cette manoeuvre à quelques jours des élections cantonales. Personne ne peut penser que l’urgence absolue pour la France est de diminuer l’impôt sur la fortune, contre partie donnée aux orphelins du bouclier !

Le 3 mars, devant un parterre trié sur le volet, François Fillon annonçait sans rire « mettre fin aux défauts de l’ISF dont le bouclier fiscal était le remède imparfait ». Ainsi, la mort du bouclier fiscal va permettre en même temps de supprimer l’ISF a 300 000 foyers. En résumé, les moins riches des plus riches paieront encore moins d’impôts sur le revenu demain! Comme il y a 560.000 contribuables assujettis à l’ISF, il en reste 260 000 dont le sort n’est pas encore réglé par nos éminents ministres. Le gouvernement hésite toujours entre modifier l’ISF ou le supprimer complètement. Soyons clair, dans les deux cas, il ne s’agit pas d’une simple mesurette ne s’adressant qu’à quelques privilégiés, mais d’une décision politique qui nous concerne tous.

Tout d’abord, cette réforme ajoute de l’injustice à un système qui n’en manque pas. L’impôt sur le revenu a beaucoup perdu de sa progressivité et les travaux d’un certain nombre d’économiste dont Thomas Piketti ont démontré que les français les plus fortunés paient moins d’impôts que le reste de la population. Le taux moyens d’imposition se fixe à 47 % pour l’ensemble des contribuables, mais diminue pour les 5 % les plus aisés et tombe même à 35 % pour les plus riches. C’est cette population qui est concernée par la réforme de l’ISF du gouvernement Fillon et qui verra ses impôts baisser un peu plus.

Ensuite, cette mesure va encore grever le budget de l’Etat puisque l’ISF apporte

3 milliards d’euros chaque année dans les caisses. Déjà le gouvernement explique qu’il lui manquera 1 milliard d’euro pour boucler sa nouvelle réforme de l’impôt alors que la dette de la France a déjà doublé en 10 ans sous la droite. Aussi, nous pouvons d’ores et déjà prédire l’augmentation d’autres impôts pour tenter d’équilibrer la balance. La majorité des contribuables vont donc devoir se serrer un peu plus la ceinture pour offrir un joli cadeau de 1 Md€ à Mme Bettencourt et ses amis!

C’est le choix que font Nicolas Sarkozy et François Fillon pour régler la crise économique.