02/02/2013

LES CHEMINS DE L’EGALITE PASSENT PAR PARIS

Près de 400 personnes venant de 77 pays étaient rassemblées, jeudi 31 janvier, dans la Salle des fêtes de l’Hôtel de Ville pour assister, à l’initiative de Bertrand Delanoë et Anne Hidalgo, à la Conférence internationale des femmes élues locales.

Placée sous le parrainage de l’ONU, cette conférence était organisée par «Cités et Gouvernements Locaux Unis» (CGLU), association fondée par Bertrand Delanoë en 2004, représentant plus de la moitié de la population mondiale au travers de villes et d’associations de 140 pays membres des Nations-Unis.

A la tribune, le maire de Paris a confié son «honneur» d’accueillir les participants pour deux jour de travaux, en mettant en avant son action en faveur de la parité à Paris. Il y a, aujourd’hui, autant de femmes que d’hommes à la tête des grandes directions de la Ville de Paris, et sur les 36 adjoints au Maire, 17 sont des femmes, dont la première d’entre eux , Anne Hidalgo, par ailleurs Présidente le Commission égalité Femmes-Hommes de l’association, et invitée, à ce titre, à s’exprimer lors de cette séance inaugurale.

La parité n’est pas une simple règle visant à promouvoir les femmes aux plus hautes responsabilité mais une façon de considérer leur apport dans la pensée et l’action publique. Pour le Maire de Paris, la parité est, au-dela d’une règle, un «enjeu de civilisation» qui vise à «rendre les politiques publiques plus justes, plus efficaces, plus rassembleuses».

Les participants ont adopté, à l’issue de la Conférence, «l’Agenda mondial de Paris des gouvernements locaux et régionaux pour l’égalité entre les femmes et les hommes dans la vie locale», articulé autour de 3 points :`

 

  • Une participation accrue des femmes dans la prise de décision locale afin de garantir une représentation paritaire et définir avec succès l’agenda du développement post-2015

 

  • L’égalité entre les femmes et les hommes placée en tête des priorités des politiques publiques locales et la prestation de services orientée vers l’amélioration et le renforcement de la condition des femmes

 

  • Un monde sûr, en particulier pour les femmes qui sont généralement les plus vulnérables à tous types de violence.

 

Cet agenda de Paris est la traduction concrète de la pensée développée par Bertrand Delanoe selon laquelle « il n’y a pas d’avenir pour les hommes si les femmes n’exercent pas le pouvoir qui correspond à leur place dans l’humanité».