05/21/2015

Les cancres de l’UMP devraient réviser avant de rendre leur copie

Capture d’écran 2015-05-21 à 18.42.14La réforme du collège a bon dos ! La droite s’en sert comme d’un défouloir parce qu’elle sait, sans doute, qu’elle n’est pas crédible du tout sur ce sujet. Caricatures, mensonges et postures lui servent de programme. La violence des attaques est infondée et plutôt que de s’intéresser à l’avenir de notre jeunesse, Nicolas Sarkozy et ses amis préfèrent casser.

Pour mémoire, souvenons-nous des 80.000 suppressions de postes sous la précédente mandature. Souvenons-nous de la disparition de la formation des enseignants. Souvenons-nous de la suppression des cours d’histoire des classes de terminale.

Si tous les enfants subissent les conséquences de ces très mauvais choix, ce sont d’abord ceux qui sont en difficultés qui ont été visés avec par exemple la suppression des RASED.

La hausse de l’échec scolaire a été flagrante, aboutissant à la sortie de l’école sans aucune formation de 140.000 jeunes chaque année. A tout cela s’ajoutait évidemment des attaques permanentes contre les enseignants accusés de coûter trop cher et de ne pas travailler assez.

La conséquence de la politique menée par la droite a été aussi dramatique que prévisible : de 2002 à 2012 la France s’est effondrée dans tous les classements internationaux, dont le fameux PISA.

Plus pernicieux encore, leur héritage c’est aussi d’avoir fait de la France le pays développé où la reproduction sociale est la plus forte. L’égalité des droits n’est qu’un beau discours creux tant qu’elle ne devient pas l’égalité réelle, dans la vie de tous les jours et pour tous les Français. Or il est de plus en plus difficile pour un enfant issu d’un milieu populaire d’accéder à des formations, et plus tard des métiers, d’un niveau plus élevé que ceux de ses parents. C’est l’un des fondements même de notre égalité républicaine qui est ici attaqué.

Le mépris dont l’UMP nous accuse, c’est plutôt la volonté farouche de notre majorité ne pas laisser des dizaines de milliers d’enfants sortir chaque année du collège sans aucun bagage.Depuis 2012 nous n’avons eu de cesse de réparer ce qu’ils avaient cassé tout en réformant l’école pour l’adapter à la société d’aujourd’hui. Nous avons remis sur pied une formation initiale digne de ce nom pour les enseignants, créé 60.000 postes sur le quinquennat, réorganisé la semaine de cours pour que les enfants aient cinq matinées de travail efficaces.

Et ce travail de réforme se poursuit. Sur les langues étrangères par exemple, où le niveau général depuis toujours est plutôt faible, les élèves apprendront désormais une première langue vivante dès le CP et une seconde langue à partir de la 5ème, au lieu de la 4ème. Tous les élèves vont donc bénéficier d’une année entière de formation supplémentaire de LV2 et l’UMP ose considérer cette réforme comme une catastrophe. Le mépris, c’est de vouloir empêcher l’application d’une loi votée par le Parlement.

Quand on perd à ce point le sens de l’intérêt général au profit de la polémique partisane, ce n’est pas de nom de parti qu’il faut changer, mais d’orientation professionnelle.