07/13/2012

LES ARDOISES CACHÉES DE L’ANCIEN GOUVERNEMENT

Hier, lorsque la direction de PSA a annoncé la suppression de 8 000 emplois, nous avons tous compris qu’elle avait attendu la fin des élections pour officialiser une rumeur qui courrait depuis de long mois. Pourtant, le gouvernement sortant n’a jamais mégoté son soutien avec beaucoup d’argent public sans grandes exigences de contre partie. Ce matin, son PDG désignait un bouc émissaire, celui la même qui n’a cessé de l’aider, l’Etat ! Le Président du groupe socialiste de l’Assemblée Nationale Bruno Le Roux lui répond :

M. Varin, assumez vos responsabilités !

Invité de RTL ce matin pour justifier son plan de suppression de 8000 emplois annoncé par son groupe, Philippe Varin, PDG de PSA, s’est totalement défaussé de ses responsabilités.

Alors que des milliers de familles et des territoires entiers s’apprêtent à subir les conséquences du plan social de PSA, les déclarations de Monsieur Varin, qui expliquent que le problème est le coût du travail, sont indignes et choquantes.

Lorsque, en 2010, Monsieur Varin avait quadruplé son salaire en le portant à 3,25 millions d’euros, la question du coût du travail le préoccupait moins qu’aujourd’hui.

Faut-il également lui rappeler que PSA a bénéficié d’un soutien considérable des pouvoirs publics, 4 milliards, pour permettre à la filière automobile française de faire face à la concurrence sur le coût du travail.

Il est temps que les PDG cessent de se défausser de leurs responsabilités sur l’Etat et le contribuable. C’est d’abord le manque de vision stratégique de la direction de PSA qui a placé le groupe dans les difficultés qu’il connaît aujourd’hui.

Le groupe SRC à l’Assemblée Nationale est aux côtés du gouvernement face à ce choc national. Nous contestons le fond et la forme du plan présenté par PSA et croyons en la nécessité du plan de soutien à la filière automobile qui sera présenté par le gouvernement le 25 juillet.

Après des années de négligence qui ont conduit à la disparition de 750 000 emplois industriels depuis 2002, la France paie au prix fort le manque d’ambition de l’UMP pour l’emploi, la croissance et la vitalité économique de la nation.

Pour sa part, la majorité ne se résignera jamais face aux difficultés et conduira une politique de reconquête industrielle qui permettra à la France de maintenir son rang dans l’économie mondiale et de redonner du travail à ceux qui en sont privés.

Communiqué du Président du groupe Socialiste, Républicain et Citoyen. 13/07/2012