01/15/2009

LE GOUVERNEMENT LANCE UN NOUVEAU PRODUIT : LA RELANCE LIGHT

Au moment où l’Allemagne adopte un plan de relance de 50 milliards d’euro et que Barack Obama annonce l’injection d’au moins 700 milliards de dollars dans l’économie, la droite a voté ce mardi le mini-plan de relance présenté par le gouvernement. Une fois sorti des effets de manche médiatiques et de la  mauvaise foi, ce plan fait vraiment pale figure. Sur les 26 milliards d’euros mis en avant, seuls 6 petits milliards représentent réellement des dépenses nouvelles. Le reste n’est que le remboursement légèrement anticipé de ce que l’Etat doit aux entreprises, et le recyclage de dépenses déjà prévues, ou opérées par d’autres.
Un plan de relance ne peut être efficace que s’il est massif, s’il fait ressentir son effet immédiatement sur l’économie et s’il est équilibré. Celui-ci est rachitique, il s’appuie pour beaucoup sur des investissements qui ne seront effectifs que dans deux ans, au minimum, et il est totalement déséquilibré en faveur de l’offre. Il ne propose que des miettes pour améliorer le pouvoir d’achat, alors que les ménages sont les premiers à subir les effets de la crise. C’est leur consommation qui poussera les entreprises à investir et créer des emplois, pas l’inverse. Mais la droite s’obstine à ne pas le comprendre.

En décembre, le Gouvernement nous expliquait, en dépit du bon sens, que le budget 2009 était capable de faire face à la crise. En janvier, conscient de son erreur, il présente ce plan sensé tout régler, mais qui se révèle au final totalement insuffisant. Que nous réserve-t-il pour février ?