03/19/2012

LE 50E ANNIVERSAIRE DE LA SIGNATURE DES ACCORDS D’EVIAN

Les accords signés à Evian en mars 1962 ont signifié la fin de la colonisation et la cessation des combats après une guerre meurtrière de sept ans et demi pour l’indépendance de l’Algérie.

A cette occasion, François Hollande a écrit dans une tribune publiée par le quotidien algérien El-Watan, des mots vrais, qui rassemblent et éclairent d’une façon nouvelle l’histoire contemporaine de la France et de l’Algérie. Il souhaite que l’avenir «se construise ensemble» et pense que «La France et l’Algérie ont un travail en commun à mener sur le passé pour en finir avec la guerre des mémoires». «Nous le devons à nos aînés pour que leurs mémoires soient enfin apaisées. Nous le devons à notre jeunesse, car le travail de la mémoire ne vaut que s’il est aussi une promesse d’avenir».

Pour cela François Hollande rappelle l’Histoire, celle d’une guerre qui n’a jamais dit son nom pendant des années, avec l’envoi d’un million et demi de soldats français, la mort de 30 000 d’entre eux, l’arrivée en France des pieds-noirs «arrachés à leur terre natale», le massacre de «milliers de harkis» et aussi «la destruction de centaines de villages et le déplacement de deux millions de paysans en Algérie, la mort de centaines de milliers d’Algériens».

Il plaide pour que «aujourd’hui, entre une repentance jamais formulée et un oubli forcément coupable, il y a place pour un regard lucide, responsable sur notre passé colonial et un élan confiant vers l’avenir».

François Hollande s’est adressé aux deux pays pour qu’ils partagent de part et d’autre de la Méditerranée une même perspective «celle du respect mais aussi du dépassement».

Ce matin, à l’initiative de Bertrand Delanoë, le Conseil de Paris s’est rendu au mémorial du Père Lachaise aux côtés des anciens combattants pour la cérémonie du 19 mars 1962.

Retrouvez ici la tribune de François Hollande dans El Watan