10/24/2013

L’avenir de l’Ile-de-France bien engagé

La majorité de gauche au Conseil régional a voté le nouveau schéma directeur de l’Ile-de-France (SDRIF), plate forme centrale des politiques publiques mises en place par la région. Face à une droite passéiste, dont le schéma de pensée est resté bloqué au 20ème siècle, qui n’a eu à proposer que l’obstruction, la gauche a choisi l’avenir et l’action pour améliorer la vie quotidienne des franciliens.

 

Trois axes structurent cette nouvelle édition du SDRIF, la première depuis 1994, qui met en application la volonté stratégique de la région : construction massive de logements, correction des inégalités territoriales et renforcement du réseau de transport.

Aujourd’hui 11,5 millions, les franciliens seront plus de 13 millions en 2030. En conséquence, la production de logements doit être augmenté et portée à 70 000 par an, objectif revendiqué par le SDRIF, dont 30% de logements sociaux, tout comme Anne Hidalgo s’y est engagé pour Paris. Cette production devra se faire par la densification et non par étalement urbain, qui provoque la suppression de terres agricoles alors que l’Ile-de-France est composée à 80% de territoires ruraux.

En parallèle de cette ambition s’imbrique celle de rééquilibrer une région encore trop marquée par le clivage ouest/est. Les villes de l’est francilien, en plein développement, humain et économique, bénéficient d’un dynamisme qui doit être encouragé par la puissance publique. C’est pourquoi, la volonté de la région est de s’homogénéiser, en y déployant une majorité des logements construits et des 28 000 emplois créés par an d’ici 2030.

L’augmentation de la population et la densification urbaine qui en résulte appelle également un renforcement du réseau de transport pour améliorer les possibilités et conditions de déplacement.

C’est dans ce cadre que s’inscrit le Grand Paris des transports, signé par Jean-Marc Ayrault et Jean-Paul Huchon en juillet, qui améliore le présent et prépare le futur au travers de 42 projets d’envergure dont la création de tramways, de la rocade métro autour de Paris, la prolongation de lignes vers la banlieue parisienne, comme la 11 et la 14, ou la rénovation des RER. L’objectif fixé par le SDRIF est qu’en 2030, les franciliens aient accès à une gare à moins de 2km de leur lieu de résidence.

Égalité des territoires, logement, transports : en concentrant son action sur ces priorités et en les inscrivant dans la durée, la majorité de gauche de la plus grande région française prépare aussi l’avenir des franciliens.

 

Télécharger le document >>