02/11/2009

LA POLICE DANS LES CARTABLES

police.jpgUne centaine d’élèves, cartable aux pieds, a été contrôlée alors qu’ils descendaient de leur bus avant le début des cours, aux alentours de 8h00 du matin. Des « chiens  chercheurs  de drogues » ont alors reniflé leurs cartables. Aucune substance illicite n’a été trouvée.
Cette intervention « canino-gendarmesque » s’est déroulée mardi 10 février à Arthèz de Béarn (Pyrénées-Atlantiques), et n’est pas sans rappeler les deux descentes brutales dans des établissements scolaires du Gers, qui avaient soulevé un certain émoi en novembre dernier. (Téléchargez la lettre de ZOÉ)
Sous couvert de missions de « prévention », des gendarmes se sont livrés à de véritables descentes suivies de fouilles. Cette prévention par la terreur est inefficace et nuisible.
Comment ne pas dénoncer les a priori sur la jeunesse, la violence de l’opération, notamment envers les jeunes élèves ? Il y a là un véritable mépris à l’encontre des élèves et des  personnels des établissements scolaires.
De telles méthodes sont contre-productives et entraînent  au bout du compte méfiance ou ressentiment à l’égard de la gendarmerie ou de la police.  De telles confusions sont de nature à nuire à la compréhension et à la clarté de l’action des policiers, pourtant attendus par les habitants.

Enfin je note que cette intervention brutale ne dépareille pas des mesures que le gouvernement veut mettre en place pour la répression des mineurs dès l’âge de 12 ans.

 

Lisez l’intervention de Philippe Martin, député du Gers lors de la séance du mercredi 3 décembre 2008