03/17/2009

LA FRANCE DANS L’OTAN : UN ALIGNEMENT SANS CONDITIONS

otan.jpgLa France, qui a toujours été un allié des États-Unis d’Amérique, était de fait militairement et politiquement indépendante. Allié aux États-Unis, mais pas vassal : la France pouvait prendre sa propre position et défendre ses intérêts à travers le monde.
Aujourd’hui, le gouvernement propose un débat à l’assemblée Nationale alors que le Président de la République a déjà pris la décision. Celui-ci a expliqué que la France était déjà présente dans les 38 comités sur 40 et que c’était en quelque sorte qu’une formalité. Pourtant, le Premier ministre dans son discours de cet après midi expliquait que c’était une décision fondamentale.
En outre, il a décidé d’engager sa responsabilité sur sa politique étrangère. Sur ce point, il faudrait distinguer le bon (son énergie), le moins bon (notamment les palinodies envers la Chine), l’incongru (par exemple la position présidentielle sur le Québec), le franchement mauvais (le discours de Dakar sur « l’homme africain », la difficulté à nouer une relation stable et confiante avec les dirigeants européens ou encore – et ce n’est pas sans lien avec notre sujet – sa présence très faible sur les fronts du futur, notamment l’Asie et le Pacifique). Dans cette action internationale, on voit mal l’idée directrice. Et c’est tout le problème : une politique étrangère et de sécurité efficace s’accommode difficilement d’une gestion par saccades et par foucades.
Concernant l’intégration complète de la France dans l’OTAN, contrairement à ce qui est souligné par la majorité, la France perdra totalement son indépendance (heureusement qu’elle l’avait au moment de la déclaration de guerre des États-Unis contre l’Irak) et cela mettra fin à notre volonté de construire une défense Européenne. En effet, une fois la réintégration de la France opérée, la défense européenne risque d’être jugée non pas plus nécessaire, mais au contraire redondante avec l’OTAN.
Nicolas Sarkozy, en franchissant ce pas, brise le consensus qui existe depuis plus de 40 ans dans notre pays.

Je vous propose la lecture de l’argumentaire du parti Socialiste.