01/20/2012

LA DROITE MIJOTE LA TVA « SOCIALE »

Le gouvernement considère, à tort, que le coût du travail en France est la principale cause de notre perte de compétitivité et de l’explosion du chômage. Il veut donc accorder de nouvelles baisses d’impôts aux entreprises en diminuant leurs cotisations sociales de 40 Md€. Pour compenser, ce sont les ménages qui seront encore une fois mis à contribution en subissant une hausse de la TVA de 4 à 5 points.

Cette idée, soutenue depuis des années par la frange la plus libérale de la droite, est particulièrement injuste. La TVA touche en effet beaucoup plus les ménages modestes que les ménages aisés. Elle représente ainsi 14 % des revenus des 10 % des français les plus pauvres, contre 5 % seulement des revenus des 10 % les plus riches.
Elle est d’autre part totalement inefficace. La droite nous explique depuis 10 ans que les cotisations sociales des entreprises sont le principal problème de l’économie française, avec les 35 h évidemment. Elle a déjà énormément diminué ces cotisations sur les bas salaires, ce qui n’a pas créé d’emploi mais a creusé la dette de la Sécurité Sociale. La raison de son échec est simple : on n’embauche pas quelqu’un parce que les cotisations baisses, mais parce qu’on a du travail à donner à ses salariés. Or, quand la croissance est faible ou négative, les entreprises qui voient leurs ventes stagner ou diminuer n’ont pas besoin de salariés supplémentaires. C’est donc la demande qu’il faut encourager au lieu de l’étouffer.

Aujourd’hui, le gouvernement explique que cette mesure va améliorer la compétitivité, mais il se trompe encore de cible. Nos entreprises souffrent du manque d’investissements, de difficultés à accéder au crédit, et surtout de l’absence totale de politique industrielle depuis 10 ans. Ce ne sont pas quelques points de cotisations en moins qui vont rapprocher nos salaires de ceux pratiqués en Asie et qui sont 15 fois moins élevés. Par contre, si on doit choisir de bons exemples dans le modèle allemand, autant regarder du côté de la recherche et du développement où nos voisins investissent 30 % par an de plus que nous.

La réalité, c’est que le gouvernement prépare sans le dire un 3ème plan d’austérité. Après avoir déjà augmenté la TVA à taux réduit de 5,5 % à 7 % et augmenté les impôts de plus de 15 Md€ en 2012, la droite va inventer la TVA à 25 %.

Alors que le chômage et la précarité ne cessent d’augmenter, le gouvernement s’apprête à commettre une erreur historique en augmentant les prix de tous les produits et services, réduisant donc encore une fois le pouvoir d’achat des ménages. En étouffant la consommation, c’est la croissance et l’emploi qu’il condamne. Il est temps que cette majorité à l’agonie cesse enfin d’abîmer la France par ses mesures plus dangereuses, injustes et inefficaces les unes que les autres.