01/18/2012

HÉBERGEMENT D’URGENCE : COMMUNIQUÉ DE BERTRAND DELANOË

Dans cette période de grand froid, 200 personnes contactent chaque jour le 115 sans obtenir de solution compte tenu de la saturation complète du dispositif d’hébergement d’urgence piloté par l’État.

Dans ces conditions, il est absolument scandaleux que le gouvernement refuse d’ouvrir toutes les capacités d’hébergement qui relèvent de lui, conduisant à laisser 150 places vides alors qu’elles sont actuellement disponibles à Paris et dans la métropole. Cette gestion inefficace et absurde conduit l’État à financer des places d’accueil sans les ouvrir effectivement. Elle met en danger les personnes les plus fragiles qui affrontent une baisse des températures depuis ce week-end.
Face à la crise, la Ville est pleinement mobilisée pour venir en aide aux sans abri avec 2 gymnases (150 places) mobilisés depuis le 15 décembre et plusieurs immeubles mis à la disposition de l’État et des associations pour accueillir les personnes les plus fragiles.
Parce que l’accueil en gymnase n’est pas une solution digne sur le long terme, nous avons demandé à l’État d’orienter toutes les personnes volontaires vers des centres d’hébergement adaptés. Cela nous a été refusé, alors même que des places disponibles existent et restent vacantes.
Pour répondre à l’urgence humanitaire, je demande au gouvernement l’ouverture immédiate de la totalité des places d’hébergement disponibles en Île-de-France et de garantir – comme la loi l’y oblige – une place à chaque personne qui sollicite le 115 ou qui souhaite quitter un gymnase pour un hébergement pérenne.