11/10/2009

GRAND PARIS, PETITE LOI

La Commission Développement durable se réunit les mardi 10 et jeudi 12 novembre pour étudier le projet de loi sur le Grand Paris. En tant que responsable de ce texte pour le groupe socialiste, je suis en première ligne pour défendre les amendements que nous avons déposés et, à travers eux, notre vision de la métropole parisienne.

Les craintes que nous avions sur ce texte ont été confirmées lors du colloque organisé ce lundi 9 novembre à l’Assemblée nationale. Les députés socialistes ont ainsi pu échanger avec des élus, Bertrand Delanoë et Jean-Paul Huchon, des architectes de renom comme Paul Chemetov et Christian de Porzamparc, des représentants des associations de défense de l’environnement, avec Ile de France Environnement, et des usagers des transports, avec la FNAUT, ainsi qu’avec des spécialistes de l’urbanisme et du développement économique.

Il apparaît aujourd’hui clairement que le projet du gouvernement est très loin des promesses affichées par le Chef de l’Etat. Ce texte n’est pas du tout le grand projet d’aménagement urbain capable d’amener croissance, emploi, et amélioration des conditions de transport en Ile de France.

Il ne propose qu’un schéma de transport reliant entre eux quelques pôles économiques par un métro automatique souterrain, à l’horizon 2025. Pour se faire, le gouvernement méprise aussi bien les élus, en les privant d’une grande partie de leurs compétences en terme d’aménagement du territoire, que l’avis des citoyens, en réduisant drastiquement l’idée même de débat public. Rien n’est dit sur le logement ou sur une meilleure prise en compte de la protection de l’environnement. Au final, ce projet de loi s’apparente surtout à un coup politique de la droite en vue des élections régionales.

Le gouvernement ne répond absolument pas à ce qui est la priorité pour les usagers franciliens : améliorer les conditions de transport en consolidant le réseau existant. Plusieurs projets portés par les villes, les départements, la Région et le STIF existent pourtant et visent à améliorer les RER, désaturer les lignes de métro surchargées, comme la ligne 13 en prolongeant la ligne 14, construire un métro en rocade autour de Paris, Arc Express, ou encore le prolongement à l’ouest du RER E, EOLE. Mais ces projets, qui ne bénéficient déjà que de peu de soutien de la part de l’Etat, risquent d’être sévèrement retardés si toutes les attentions, et les financements, sont consacrées au grand huit de Christian Blanc.

Pour plus d’informations sur le Grand Paris, je vous invite à télécharger cette note qui vous présentera à la fois le texte et son contexte.