04/15/2010

GRAND PARIS = GRANDE CACOPHONIE

La cacophonie continue de s’amplifier à droite au sujet du Grand Paris. C’est maintenant Yves Albarello, député UMP et rapporteur du texte à l’Assemblée nationale, qui qualifie le texte corrigé au Sénat de déclaration de guerre contre Jean-Paul Huchon, se disant même prêt à voter contre le projet de loi du gouvernement, chose extrêmement rare pour un rapporteur. Je ne peux qu’approuver les propos de M. Albarello qui valide les critiques que formulent les élus socialistes depuis des mois.

Les sénateurs de la majorité ont en effet consciencieusement aggravé tous les défauts que nous avions déjà mis en lumière à l’Assemblée. Le mépris des collectivités locales et de leur compétences en matière d’urbanisme et de transports, ainsi que le rejet des projets de transport validés par les élus franciliens. Cela retarde gravement le projet Arc Express, réellement utile à nos concitoyens et bien mieux engagé que le Grand Huit. Quant au financement du projet, dont les estimations varient tout de même de 21 à 25 milliards d’euros, c’est toujours le grand flou. Ce ne sont pas les taxes nouvelles crées par les sénateurs de droite qui suffiront à régler l’addition, alors d’où viendra l’argent ?

Le Grand Paris de Christian Blanc a finalement toujours autant de mal à convaincre. Puisque le travail parlementaire semble gêner le gouvernement, il n’y aura malheureusement pas de nouvelle lecture du texte à l’Assemblée nationale. Ce sera donc directement à la Commission mixte paritaire de trancher et elle s’annonce musclée.