09/12/2012

EMPLOIS D’AVENIR : PREMIÈRE ÉTAPE DANS LA BATAILLE POUR L’EMPLOI

L’emploi et la jeunesse sont nos deux priorités pour les 5 ans qui viennent. Nous l’avons promis pendant la campagne électorale et nous le prouvons avec le premier projet de loi de la rentrée Parlementaire créant les emplois d’avenir.

Plus d’1 jeune sur 4, entre 16 et 25 ans, est inscrit à Pôle Emploi et cette tranche d’âge est la plus touchée par le chômage de masse qui a explosé ces dernières années. Pour sortir de cette spirale qui les maintient dans la précarité, il faut une action forte de l’Etat.

La droite préférait réduire les crédits de la politique de l’emploi et rejeter la faute sur les chômeurs, alors que le nouveau gouvernement a décidé de mettre les moyens ici et maintenant pour créer 100 000 emplois d’avenir dès 2013 et atteindre les 150 000 en 2014.

Ces contrats à temps pleins, en CDI ou en CDD de 3 ans, seront destinés avant tout aux jeunes peu ou pas qualifiés, pour qui il est encore plus difficile de trouver un travail. Ils seront centrés dans les zones urbaines et rurales les plus touchées par le chômage.

L’Etat paiera 75 % du salaire et la collectivité locale, ou l’association, qui créera le poste versera le complément. Les secteurs d’activités ciblés sont ceux qui donne le plus de perspective de croissance et donc de recrutement par la suite : filières « vertes », secteur social, aide à la personne…

Concrètement à Paris, ce sont plusieurs centaines d’emplois qui seront créés dans nos quartiers dont une bonne part dans les 17ème et 18ème arrondissements.

Les débats à l’Assemblée nous permettent d’améliorer la loi, notamment sur la formation ou la dimension écologique des métiers concernés. Ces discussions montrent aussi à quel point l’UMP est divisée entre l’opposition stérile de la plupart de ses responsables et la lucidité tardive de certains de ses membres, à l’instar de l’ancien Premier Ministre, Jean-Pierre Raffarin, qui a annoncé qu’il votera pour ce projet de loi. Il faut toujours saluer ceux qui comprennent l’urgence de la situation et la nécessité de mobiliser tout le monde.

Une première expérience professionnelle, une qualification dans un secteur d’avenir, un salaire, le sentiment d’accomplir une action utile pour la société, une réponse ciblée à la crise et au chômage, voilà ce que sont les emplois d’avenir.