01/23/2014

Egalité entre les femmes et les hommes : le grand pas en avant

Il faut toujours se battre pour obtenir des droits et des libertés nouvelles. Mais il faut aussi rester vigilent pour les conserver. C’est ce que le débat autour du projet de loi pour l’égalité entre les femmes et les hommes a rappelé car, dans notre pays et en Europe, les conservateurs et les réactionnaires sont toujours prêt à faire reculer la société.

 

Parmi les nombreuses mesures de ce texte, l’une d’elle supprime la notion désuète de « détresse » dans la loi Veil autorisant l’avortement. Le droit des femmes à disposer de leur corps est absolu, il n’a pas à être soumis à des conditions de ce type. Une femme n’a pas à s’excuser où à se justifier quand elle prend en conscience une décision importante et personnelle comme celle de mettre fin à une grossesse.

Notre majorité a déjà permis la gratuité de la contraception pour les mineurs et le remboursement à 100% de l’IVG. Mais au moment où le gouvernement de droite espagnol remet en cause le droit à l’avortement, au moment où certains députés UMP déposent un amendement pour dérembourser l’IVG, rappeler et renforcer cet important principe semble plus que jamais nécessaire.

Mais la médiatisation entourant ce débat ne doit pas éclipser toutes les avancées concrètes amenées par ce projet de loi. Dans de nombreux domaines, la vie quotidienne des françaises et des français va ainsi être nettement améliorée.

Rien ne justifie par exemple que les femmes soient payées 27% de moins que les hommes. Les entreprises devront désormais s’attaquer à ce problème en organisant des négociations annuelles sur les écarts de salaires. Celles qui ne respecteront pas leurs obligations en matière d’égalité professionnelle ne pourront pas accéder aux marchés publics, ce qui aura un effet particulièrement dissuasif.

Le projet de loi s’attaque aussi à la précarité des familles monoparentales à qui les pensions alimentaires ne sont pas versées. Dès le premier impayé, les caisses d’allocations familiales feront une avance au parent ayant la charge des enfants, puis se retourneront vers le parent défaillant pour qu’il rembourse ce qu’il doit. Les moyens de la puissance publique étant puissant, ce nouveau dispositif fera reculer le chiffre inacceptable de 40% d’impayés.

L’égalité c’est aussi améliorer l’accueil d’un enfant dans sa famille par ses deux parents. Les pères pourront ainsi s’impliquer d’avantage dans l’éducation des jeunes enfants en bénéficiant d’un congé parental plus adapté. Comme les femmes enceintes, les pères salariés bénéficieront d’une protection contre le licenciement les semaines suivant l’accouchement et pourront s’absenter  pour assister aux examens médicaux prénataux.

De nombreux autres sujets sont traités dans ce texte, de l’exclusion du domicile du conjoint violent à l’augmentation de 200% des pénalités financières contre les partis qui ne respectent pas la parité. La route vers l’égalité réelle demande un travail de longue haleine pour faire évoluer autant la loi que les mentalités. Aujourd’hui, la gauche permet à la France de faire un grand pas en avant.