04/02/2008

DISCOURS A L’OCCASION DU PREMIER CONSEIL D’ARRONDISSEMENT

Mesdames, Messieurs les élus,

Je suis très honorée et très fière de siéger ici aujourd’hui, entourée des huit nouveaux élus de gauche. En leur nom, je veux d’abord remercier chaleureusement les nombreux électeurs qui nous ont accordé leur voix et vous dire que nous sommes tous les neuf heureux d’être ici pour servir le 17ème et ses habitants. Nous avons réuni le 16 mars dernier + de 47 % de suffrages. De tous les arrondissements de droite, c’est dans le 17ème que la gauche progresse le plus largement (+12,15 % par rapport à 2001).

Fort de ce soutien et de cet appui, nous serons particulièrement vigilants sur des sujets qui n’ont pas été considérés par l’équipe municipale sortante du 17ème.

Nous serons vigilants sur la transparence démocratique qui doit être appliquée partout, je pense particulièrement aux commissions d’attribution de places en crèche et de logements. A ce propos, nous nous interrogeons sur l’opportunité d’avoir tenue une commission d’attribution de logements sociaux la semaine dernière en l’absence d’élu d’opposition.

Nous serons vigilants sur la concertation et la participation des habitants et des associations sur les projets locaux et les grands aménagements dans notre arrondissement et nous veillerons à ce qu’elles soient régulières. La réorganisation du CICA (comité d’initiative et de consultation de l’arrondissement) de manière transparente et dynamique sera, par exemple, nécessaire pour y parvenir.

C’est au Maire d’arrondissement d’organiser cette concertation et cette participation. Cela relève de ses prérogatives. Il doit être à l’écoute des habitants, de leurs préoccupations et de leurs initiatives. Il doit être un relais mais aussi un arbitre.

Le Maire et son équipe devront rendre des comptes régulièrement aux habitants de leurs actions.

Nous serons vigilants sur la propreté. Nous souhaitons que le contrat d’objectifs avec la Mairie de Paris, qui a été refusé par Mme de Panafieu, soit enfin signé. Contrairement à la polémique qui dure depuis 7 ans dans le 17ème, le Maire d’arrondissement a des compétents en matière de propreté. Il partage cette responsabilité avec le Maire de Paris. Dire le contraire, c’est mentir. Mais il est vrai que la critique est toujours plus facile que l’action ou les propositions. Afin de mieux organiser et coordonner les actions de nettoyage, nous proposons une charte de la propreté aux commerçants et nous souhaitons que soient menées des enquêtes de satisfaction auprès des habitants. Nous demandons aussi l’ouverture d’une régie de quartier chargée de l’entretien des espaces végétalisés. Et bien sûr, nous soutenons la démarche du Maire de Paris qui veut réduire le volume des déchets dans la capitale.

Nous serons vigilants sur les Portes du 17ème arrondissement. De la Porte des Ternes à la Porte Saint-Ouen, les habitants se sentent très souvent isolés, voire parfois ignorés. Ils veulent, à juste titre, bénéficier des mêmes droits, des mêmes services que les autres Parisiens. Et, c’est là encore au Maire d’arrondissement de veiller à l’égalité de traitement entre tous.

A ces préoccupations et ces attentes fortes, s’ajoute une question qui nous concerne tous.

Mme de Panafieu , quelles sont les raisons pour lesquelles vous ne vous représentez pas pour diriger la mairie du 17ème alors que vous avez été tête de liste ?
Est-ce parce que vous pensez toujours qu’un Maire d’arrondissement ne sert à rien ?

Vous avez dit dernièrement dans le quotidien 20 min que vous aviez pris en octobre dernier la décision de renoncer à la mairie du 17ème. Mais alors pourquoi ne l’avez-vous pas dit pendant la campagne électorale aux premiers concernés, les habitants du 17ème ? Vous pouviez le dire après le 1er tour qui augurait que vous ne seriez pas élue Maire de Paris, même si une élection n’est jamais gagnée ou perdue d’avance…

Dans votre lettre aux habitants du 17ème, pour expliquer votre renoncement vous évoquez à la fois le renouvellement, le rajeunissement mais paradoxalement vous insistez sur votre présence, voire votre omniprésence, je vous cite : « je prendrai part, au sein de l’équipe, à tous les débats qui rythmeront notre vie publique et nos projets locaux ».

Alors Mme de Panafieu, laissez vous votre place ou pas ? C’est cette contradiction que nous ne comprenons pas. En 2001, dans le 18ème, Daniel Vaillant avait conduit la liste mais ne s’était pas présenté comme Maire car il était ministre. La jurisprudence Jospin obligeait de choisir entre la fonction de ministre et un mandat électif. Mais nous avons respecté le suffrage universel puisque Daniel Vaillant, lorsqu’il n’a plus été ministre, est devenu Maire. De plus, il n’était pas candidat à la Mairie de Paris. Mme de Panafieu, vous n’êtes pas ministre que je sache.

Tout cela est bien confus et troublant pour les habitants de notre arrondissement. Vous pratiquez le mélange des genres ce qui rend la situation bien incompréhensible. C’est la raison pour laquelle nous ne prendrons pas part au vote.