06/05/2014

Désormais plus de coupure de gaz et d’électricité en hiver!

Cet hiver, les personnes qui ne parvenaient plus à payer leurs factures n’ont pas eu à subir de coupure de gaz ou d’électricité. Cette première historique ne doit rien au hasard et n’a rien de naturelle. Elle a été rendue possible uniquement parce que notre majorité a créé cette avancée sociale il y a un an, à travers la loi Brottes, avec la trêve hivernale de l’énergie pour tous les consommateurs.

Il est bon parfois de se détacher du flot incessant de l’actualité pour regarder en arrière et constater les effets concrets des lois que nous votons. A travers le rapport annuel que le Médiateur de l’Energie a publié cette semaine, on peut voir l’impact qu’a eu ce texte sur les français les plus en difficultés.

Grâce à la trêve hivernale, des centaines de milliers de familles ont pu continuer cet hiver à se chauffer, s’éclairer, faire marcher leur frigo et cuire leurs aliments. Tous ces gestes du quotidien qui paraissent évidents, mais deviennent impossible quand l’électricité ou le gaz sont coupés.

Plus de 580.000 ménages étaient concernés en 2012, un chiffre en constante augmentation depuis le début de la crise. Avec la trêve hivernale, mais aussi l’extension des tarifs sociaux à plus de 8 millions de personnes et le bonus/malus en fonction de la consommation, nous sommes en train de faire sortir de la précarité énergétique les français modestes.

La réalité invalide également toutes les critiques que la droite nous avait adressées sur le mythe d’un effet d’aubaine. Une fois de plus, l’UMP a eu tort de voter contre cette mesure de justice. Non, les français ne sont pas des « mauvais payeurs » qui profiteraient de cette trêve pour ne pas s’acquitter de leurs factures. Seuls ceux qui connaissent des difficultés financières réelles sont dans cette situation.