03/26/2013

DE L’UMP A MELENCHON, UNE PORTE-PAROLE DES DEPUTES PS DENONCE LES « APPRENTIS SORCIERS » (AFP)

Cette dépêche AFP a été publiée suite à la conférence de presse que j’ai tenue, mardi 26 mars, en tant que porte-parole du groupe socialiste à l’Assemblée nationale.

PARIS, 26 mars 2013 (AFP)

L’une des porte-parole du PS, Annick Lepetit, a dénoncé mardi « les apprentis sorciers », critiquant l’UMP et sa « stratégie de tension permanente » mais aussi Jean-Luc Mélenchon, « dont la brutalité des propos fait partie du fonds de commerce ».

 

« Il faut dénoncer l’attitude des apprentis sorciers, qui jettent systématiquement de l’huile sur le feu pour attiser les tensions dans la société française, au premier rang desquels l’UMP », a-t-elle déclaré lors d’une conférence de presse, au terme de la réunion du groupe PS à l’Assemblée.
Et cette députée de Paris de demander, entre autres: « Comment un parti (l’UMP, ndlr) qui se prétend républicain peut-il justifier des débordements d’extrémistes au côté desquels ses membres défilaient lors de la manifestation contre le mariage pour tous ? »
« La manière dont les responsables de l’UMP ont récupéré ces provocations pour mettre en cause le gouvernement, le ministre de l’Intérieur et le préfet de police, à l’instar de M. Wauquiez (…), est indécente, totalement irresponsable et dangereuse pour le débat démocratique », a ajouté Mme Lepetit.
Aux yeux de cette porte-parole, « les ténors de l’UMP aggravent leur cas quand ils se livrent à une scandaleuse attaque contre un magistrat et son indépendance à la suite de la mise en examen de Nicolas Sarkozy ».
« Cette stratégie de la tension permanente est indigne d’une formation républicaine: elle dresse les Français les uns contre les autres (…), alimente la radicalité contre les institutions et fait le lit de l’extrémisme », a lancé l’élue parisienne.
Soulignant que le gouvernement et la majorité ne comptaient « pas céder à ces formes d’intimidation qui dénaturent le débat », la porte-parole a précisé qu’elle le disait « aussi pour Jean-Luc Mélenchon et le Parti de Gauche », qui, « en insultant le ministre des Finances et en tenant des propos outranciers ont insulté toute la gauche ».
« Jean-Luc Mélenchon a choisi de s’illustrer par l’invective, la violence verbale, l’intimidation, et la brutalité des propos fait partie de son fonds de commerce. Non seulement il ne s’en excuse pas, mais il le revendique », a déploré Mme Lepetit, se demandant « jusqu’où mène la violence verbale ».