06/23/2010

COUP DE COLÈRE SUR LA 13

La ligne 13 est la seule ligne du métro qui un jour de semaine à 11h du matin est pleine à craquer, au point de renoncer à monter dans la rame. Alors, en attendant la suivante, annoncée 8 min plus tard, le quai de la station Guy Môcquet se remplit progressivement et la même scène va se reproduire : un métro déjà bondé sans possibilité d’entrer dans le wagon. Ainsi de suite…

La ligne 13 ou le domaine de l’impossible ? La ligne 13 ou le retour de la 2e classe ? La ligne 13 ou le symbole du renoncement de la RATP ? Pourtant nous avons aperçu quelques signes prometteurs, bien timides certes, mais le sentiment qu’enfin la direction de la RATP daignait regarder d’un peu plus près le problème après avoir menti pendant des années.

Mais non, ce n’est toujours pas la priorité si j’en juge le bilan effectué à l’issue du débat public qui s’est tenu de janvier à mars 2010. Aucune proposition, aucun calendrier pour améliorer la ligne 13, si ce n’est les habituels atermoiements et le « renvoi de balle » au STIF. Celui-ci a au moins eu le courage de porter un projet, le prolongement de la ligne 14, de le soumettre à la concertation des élus locaux et des usagers. Dans son rapport de conclusion, s’il souligne l’importance du prolongement de la 14 pour à la fois désaturer la 13 et desservir de nouveaux quartiers, il prend soin de ne pas soulever le manque évident de propositions et l’absence d’un  plan d’urgence pour la 13. Et maintenant que fait-on ?

Attendons nous le projet du gouvernement qui veut relier Orly à Roissy ? Quand verra-t-il le jour ? Quel financement et quel calendrier vont être mis en place ? Je crains que beaucoup de temps ne passe avant que les décisions concrètes ne soient prises.

Attendons nous le directeur général de la RATP pour qu’il s’attaque franchement à la saturation de la ligne 13 et à ses multiples dysfonctionnements ? Quand il refuse de payer des mesures qu’il a lui-même proposé comme l’installation de portes palières sur les quais, comment lui faire encore confiance ? Je note que la ligne 1 n’a pas le même traitement : tous les quais sont équipés et la RATP finance à 100 % (l’objectif est l’automatisation, c’est peut-être la raison…).

Nous allons donc poursuivre notre combat parce que nous sommes nombreux. Et si certains se lassent, d’autres les remplaceront. Pour ma part, je continue.

À bientôt.

Retrouvez mes derniers courriers adressés à la RATP et au STIF concernant la ligne 13 :

courrier adressé le  11 février 2010 à Pierre Mongin, Directeur de la RATP ;

courrier adressé le 11 mai 2010 à Jean-Paul Huchon, Président du STIF ;

courrier adressé le 11 mai 2010 à Pierre Mongin, Directeur général de la RATP.