03/30/2012

CONNAISSEZ-VOUS LE PROGRAMME DE NICOLAS SARKOZY ?

Le Président sortant vient d’annoncer la présentation de son programme pour la semaine prochaine. A moins de 3 semaines du premier tour, il annonce qu’il va écrire noir sur blanc ce qu’il compte faire s’il est réélu ! C’est en tout cas ce qu’il promet…

En attendant, il invente chaque jour une nouvelle proposition, le plus souvent reprise de son programme de 2007. Il avait promis, par exemple, de faire du soutien scolaire une priorité. 5 ans plus tard, après avoir supprimé 80.000 postes dans l’Education Nationale dont la disparition des Rased , et le recule de notre pays dans tous les classements internationaux, Nicolas Sarkozy refait la même promesse, mot pour mot, mardi dernier à Nantes. Il compte sans doute sur une amnésie collective pour faire oublier son bilan catastrophique.

Il y a pourtant un certain nombre de questions auxquelles il doit répondre et notamment qui va payer les impôts supplémentaires? Le gouvernement prévoit de faire passer le taux de prélèvements obligatoires de 43,4 % en 2011 à 46 % en 2016, d’après  le « Rapport Economique, Social et Financier » présenté au moment du budget 2012. Cela signifie au minimum 47 Md€ d’impôts nouveaux. Comme une partie seulement a été prévu dans les deux plans de rigueurs Fillon, ce serait donc au futur gouvernement de mettre en place ces nouvelles taxes. Si Nicolas Sarkozy ne précise pas quels impôts il compte augmenter, il sera pris, une fois de plus, en flagrant délit de déni !

Et en attendant, comme la meilleur défense est l’attaque, il continue à cogner comme une brute sur la personne de François Hollande pour tenter de le décrédibiliser. Pire, il fait la course avec Marine Le Pen a celui qui hurlera le plus fort contre les étrangers et n’hésite pas à appliquer les vieilles recettes pour faire monter les peurs et les haines.

François Hollande a raison de poursuivre sa route en ne cessant de s’adresser aux français avec sérieux et respect. Il a présenté ses engagements pour le changement dès le mois de janvier. Il est clair sur le chômage, le logement, le pouvoir d’achat, la fiscalité, l’éducation… Il a chiffré son programme avec justesse et honnêteté, cela a même été reconnu par plusieurs instituts indépendants. Il ne craint pas de mettre ses propositions au coeur du débat public pour que chacun puisse les connaître et en débattre. C’est comme cela que doit fonctionner une démocratie et c’est comme cela que l’on mesure un homme d’Etat.