11/21/2012

POINT PRESSE A L’ASSEMBLEE

J’ai tenu, en tant que porte-parole du groupe Socialiste, radical et citoyen à l’Assemblée nationale, un point presse durant lequel j’ai exprimé la position du groupe sur les sujets d’actualité : la situation à l’UMP, la décision de l’agence Moody’s de dégrader la note souveraine de la France, l’adoption par l’Assemblée nationale du budget 2013 et du projet de loi sur le logement. Enfin, j’ai fermement condamné, au nom du groupe, les violences qui se sont déroulées lors de la manifestation organisée par Civitas.

L’élection du président de l’UMP
Le 18 brumaire de Jean-François Copé, qui devient chef d’une armée coupée en deux. A force de diviser les français, et d’avoir perdu toutes les élections, Nicolas Sarkozy a divisé l’UMP. François Fillon a ainsi parlé de fractures politiques et morales, d’un scrutin entaché d’irrégularités.L’UMP décroche de l’opinion française faute d’effectuer un travail sur elle-même. Elle est dans une stratégie de tension permanente, enfermée dans une opposition hargneuse et sectaire. cela l’empêche de réfléchir aux causes profondes de sa défaite et à sa gestion calamiteuse de notre pays.

L’UMP s’enfonce dans une dérive droitière et radicale où ses idées, ses valeurs se superposent de plus en plus avec celles de l’extrème droite. Ce durcissement reconnu par plusieurs de ses responsables comme Jean-Pierre Raffarin ou Alain Juppé est inscrit dans le vote des militants et l’élection contestée de jean-François Copé est une impasse qui ne nous réjouit pas. Elle ne va sûrement pas dans le sens du compromis historique que propose François Hollande aux français pour s’atteler à redresser le pays ensemble.


La décision de l’agence Moody’s de dégrader la note de la France

Ce n’est pas une surprise puisqu’elle était prévue depuis le mois de février. C’est donc avant tout la sanction de la gestion précédente qui a pulvérisé l’endettement de la France et sinistré son industrie.

C’est aussi une décision à contre-temps. Le Gouvernement de Jean-Marc Ayrault a entrepris le redressement de l’économie : la réduction des déficits, le pacte de compétitivité pour relancer la croissance et l’emploi, la négociation avec les partenaires sociaux des réformes de la protection sociale et du marché du travail. Moody’s a sur ces points une majorité de retard. La gauche réforme toutes les faiblesses de notre économie à un rythme qu’aucun autre Etat ne réalise.

J’en profite pour souligner la contradiction des agences de notations et plus globalement des opérateurs financiers. D’un côté, ils exigent toujours plus d’austérité, toujours plus de coupes dans l’Etat social qui conduisent à la récession. Et de l’autre, ils sanctionnent parce qu’il n’y a pas assez de croissance. Comment ne pas remarquer également leur méconnaissance de la réalité de notre pays. Alors que la France vit depuis 4 ans au rythme des plans sociaux et de la montée du chômage, Moody’s écrit benoitement qu’il est impossible pour une entreprise de licencier en France. Les salariés en cours de licenciement apprécieront !


L’adoption du budget 2013

Cet après-midi, nous adopterons la loi de finances 2013, une étape importante dans le redressement de la France, et je conseille à Moody’s de suivre aussi les travaux de l’Assemblée nationale. Nous adopterons un budget de gauche qui marque la fin d’une politique à crédit qui a ruiné le pays et l’a criblé d’injustices. Jamais un gouvernement de la Vème République n’a eu ce courage de réduire de déficit de 32 milliards en une année. Avec une seule idée en tête : alléger le fardeau que devront supporter les plus jeunes et les générations à venir.

Ce budget est de gauche parce qu’il rétablit la justice fiscale et l’égalité devant l’impôt. A la taxation tous azimuts des classes populaires et des classes moyennes se substitue une imposition progressive qui met à contribution le haut des revenus et les grandes entreprises. Ce budget est de gauche parce qu’il demande à l’épargne et au capital de financer le travail et l’investissement.

Point sur le projet de loi relatif à la mobilisation du foncier public en faveur du logement et au renforcement des obligations de production de logement social

Cet après-midi, dans l’hémicycle, nous débattrons à nouveau du projet de loi sur le logement. Sur le fond, le projet est quasiment inchangé. L’objectif est qu’il soit voté par l’Assemblée et par le Sénat avant la fin de l’année. Car nous avons besoin d’augmenter l’offre de logements, particulièrement là où il n’y en a pas assez, et particulièrement pour les familles les plus modestes. Cette loi permet d’appuyer sur ces deux leviers : le foncier public à disposition des maires et la construction de plus de logements sociaux.
Le mariage pour les personnes de même sexe

Nous condamnons avec fermeté les violences qui se sont déroulées lors de la manifestation organisée par Civitas, les insultes, les slogans contre les homosexuels. C’est inacceptable. L’homophobie n’est pas une opinion mais un délit qui tombe sous le coup de la loi.
Je propose d’ailleurs au groupe de la renforcer en supprimant les dégrèvements fiscaux aux associations quel qu’elles soient qui défendent, qui abritent des idées racistes, antisémites, homophobes.