06/10/2014

Conférence de presse à l’Assemblée nationale

point presse 5  10 juin 2014

D’abord une information pour vous dire que je partagerai désormais le porte-parolat du groupe avec Thomas Thévenoud qui a accepté la proposition de notre président Bruno Le Roux de succéder à Thierry Mandon.

Je tiens aussi à saluer la nomination de Jean-Patrick Gille, député d’Indre et Loire, à qui le gouvernement vient de confier une mission de médiation sur la réforme des intermittents du spectacle. Il a déjà écrit un rapport sur le sujet adopté en avril 2013 à l’unanimité dans les deux commissions des Affaires sociales et des Affaires culturelles.

L’actualité nous a fourni ce week-end deux images radicalement opposées de ce que l’on peut produire de meilleur et de pire en politique.

 

Le succès diplomatique des cérémonies du débarquement

 

Le meilleur est le succès populaire qui a entouré la commémoration du 70ème anniversaire du débarquement. On le doit à tous ces héros anonymes qui ont participé à la libération du pays au prix de leur sacrifice. On le doit au Président de la République qui a su trouver les mots pour faire de cet évènement un grand moment d’unité nationale mais aussi une affirmation du rôle prépondérant que continue de jouer la France dans les relations internationales. L’invitation faite à Vladimir Poutine a été à cet égard un coup de maître. D’un hommage à l’immense apport du peuple russe à la victoire des alliés, le chef de l’Etat a su faire une médiation réussie dans le conflit d’aujourd’hui entre la Russie et l’Ukraine. Il est certes prématuré de prédire ce qui naîtra de ce premier échange, mais c’est la première fois qu’une porte est ouverte vers un règlement pacifique de la crise.

 

Les dérapages de la famille Le Pen

 

Le pire c’est le nouveau déballage de linge sale de la famille Le Pen. Le père Jean-Marie  a depuis très longtemps fait la démonstration qu’il est le porte-parole des gouailleries racistes et antisémites.

 

Mais la réaction de sa fille est un monument d’hypocrisie. La « faute politique » qu’elle reproche à son père n’est pas le fond de son propos. Elle a condamné « l’interprétation malveillante de cette formulation ». C’est d’avoir rappelé une nouvelle fois que cette famille politique est toujours d’extrême-droite. 

 

 

Actualités parlementaires

 

La réforme pénale

 

Ceux qui ont voulu faire de cette réforme la sempiternelle opposition entre la fermeté de la droite et le laxisme de la gauche se sont trompés de combat. Sous l’impulsion de la garde des Sceaux et du rapporteur Dominique Raimbourg, les débats ont montré que la réforme pénale est doublement une loi de protection. Protection de notre droit avec l’abrogation des peines planchers et le rétablissement de l’individualisation des peines. Protection de la société avec la mise en place d’une batterie de mesures pragmatiques qui donne à la justice les moyens efficaces d’empêcher la récidive.

 

Les jusqu’auboutistes de l’UMP en ont été pour leurs frais. Non seulement l’échec de leur politique du tout carcéral leur est revenu en boomerang, mais la démonstration a été faite que c’est la rapidité de la sanction judiciaire et le suivi des délinquants qui permettent d’obtenir les meilleurs résultats contre la récidive.

 

Ce succès est celui de Christiane Taubira. Sa fougue et son énergie ont une nouvelle fois eu raison des caricatures et des faux procès que lui intente la droite. Et l’appui que lui apporte sans faillir la majorité est autant le fruit de convictions partagées que d’une réelle admiration pour tout ce qu’elle apporte à la République.

 

Proposition de loi relative à l’autorité parentale et à l’intérêt de l’enfant

 

Nous avions dit que nous irions au bout de cette proposition de loi, c’est chose faite puisque les débats reprendront la semaine prochaine. Il faut que l’UMP comprenne qu’elle mène des combats perdus sur cette question.

 

Le débat budgétaire

 

Les Ministres des Finances et du budget sont venus nous présenter ce matin le contenu des lois de Finances rectificatives et c’est l’occasion pour moi de faire quelques mises au point.

 

1/ Les critiques du Medef sont indécentes, irresponsables et en aucune façon constructives. Ca fait deux ans que notre pays fait des efforts sans précédents pour remettre à flot ses entreprises et la seule manière qu’a le patronat de lui dire merci est de critiquer le gouvernement et de proposer les pires régressions  : la suppression du SMIC, la fin des seuils sociaux, la liberté de licencier… Eh bien ça suffit. Les Français en ont marre que leurs élites économiques passent leur temps à se plaindre sans jamais renvoyer l’ascenseur. Si Monsieur Gattaz veut un patronat de combat qu’il le montre en allant conquérir des marchés et en créant des emplois.

 

2/ Une écrasante majorité du groupe soutient cette politique de croissance et de compétitivité. Le choc des élections n’a pas entamé cette adhésion. Au contraire, nous partageons la conviction que c’est dans les difficultés qu’il faut se serrer les coudes et assumer ses choix. Les batailles de la production et de la modernisation de l’Etat font partie de notre identité réformiste au même titre que la redistribution et la justice sociale.

 

3/ Le vote du budget et des lois de finances est le socle de l’appartenance à la majorité. D’après mes informations, aucun de nos collègues qui expriment des divergences sur l’équilibre de cette politique budgétaire ne met en question son appartenance au groupe majoritaire et j’en conclue donc qu’ils voteront l’ensemble de ces textes.

 

4/ Concernant les amendements, notre président Bruno Le Roux a décidé une procédure aussi simple que démocratique. Tous ceux qui font débat seront soumis au vote du groupe dans sa réunion de la semaine prochaine. C’est une exigence de clarté et de démocratie. La majorité du groupe entend que la minorité respecte ses choix et ne veut plus être l’otage de stratégies médiatiques ou tactiques.

 

 

La réforme ferroviaire

 

La réforme ferroviaire que présente le gouvernement reconstitue l’unité du service public que la séparation en deux entités distinctes voire concurrentes (RFF et la SNCF) a gravement affaiblie. Les cheminots comme les usagers en seront les grands gagnants.

 

1/ Ce regroupement va améliorer la qualité du service rendu en accélérant la modernisation du réseau et en mettant fin aux dysfonctionnements coûteux

 

2/ Il va réduire les coûts prohibitifs que l’actuel système a générés. Selon les deux présidents que nous avons récemment auditionnés, l’économie de fonctionnement sera d’un milliard par an qui servira prioritairement à la rénovation des infrastructures et des trains. Guillaume Pépy nous a également dit que la régularité sera améliorée en faisant mieux travailler ensemble les acteurs des trains et ceux des rails.

 

3/ Ce regroupement va permettre au service public de se renforcer pour faire face à l’ouverture du réseau voyageur à la concurrence prévue pour 2023.

 

 

 

Pour terminer, nous examinerons cette semaine une proposition de loi UMP sur la suspension du versement des allocations familiales aux parents défaillants.

 

Toutes les évaluations sur ces mesures de suspension ont montré leur inefficacité. Elles n’ont aucun effet éducatif et ne font souvent qu’accroître les difficultés des familles. Pour toutes ces raisons nous voterons contre.