05/05/2015

Conférence de presse

2015-05-05 15.01.52Je me suis attachée lors de ce point presse à traiter de l’actualité du jour : le vote solennel sur le projet de loi Renseignement, le changement de nom de L’UMP et le conflit père/ fille chez les frontistes.

 Projet de loi Renseignement 

Le projet de loi Renseignement, le groupe socialiste y est évidemment favorable et je souhaite vous donner les 3 bonnes raisons que nous avons de voter ce texte.

Cette loi renforcera la sécurité des Français. Elle permettra aux services de renseignements d’agir plus efficacement pour prévenir les attaques dont la France pourrait être la cible. La législation actuelle remonte à 1991, date à laquelle ni internet ni les téléphones mobiles n’existaient. Nous ne pouvons pas protéger efficacement nos compatriotes avec de tels trous dans la raquette. Cette loi opère une mise à jour indispensable de notre arsenal législatif pour que nos services de renseignements se battent à armes égales avec les terroristes.

Cette loi respecte les libertés individuelles. Toutes les garanties ont été apportées pour que les outils mis à la disposition des Renseignements ne soient pas dévoyés. Des gardes-fous sont prévus pour chaque procédure de surveillance. L’activité du renseignement fera ainsi l’objet d’un triple contrôle, politique, administratif et judiciaire. Le contrôle politique sera de la responsabilité du Premier ministre qui devra en répondre devant le Parlement. Le contrôle administratif sera du ressort d’une commission indépendante formée de magistrats et de parlementaires. Toute opération aura besoin de son avis a priori et a posteriori. Le contrôle judiciaire relèvera du Conseil d’Etat, gardien de l’Etat de droit, qui pourra être saisi par n’importe quel citoyen qui s’estime victime d’un abus. Avec une garantie supplémentaire, les juges du Conseil d’Etat pourront avoir accès aux pièces couvertes par le secret-défense, ce qui n’était pas le cas jusqu’à présent.

Enfin, cette loi sera soumise à un contrôle de constitutionnalité. C’est ce qu’a exprimé le Président de la République, François Hollande puisqu’il a annoncé qu’il saisirait le Conseil Constitutionnel une fois le texte adopté. Le groupe socialiste soutient cette initiative. Elle est faite pour rassurer l’opinion publique sur la question des libertés individuelles et est chargée de vérifier une bonne fois pour toute la compatibilité de ce projet de loi avec les principes qui sont au cœur de notre République.

Oui, nous assumons cette loi qui améliore la sécurité et qui respecte pleinement les libertés. Je constate que les premiers qui critiquent seront les premiers à dénoncer les failles des services de renseignement. Il est normal que ce sujet suscite des débats voire même des craintes. A nous d’y apporter des réponses.

Seul le nom change à l’UMP

On n’a pas le droit de privatiser la République à des fins de marketing politique. La République appartient à tous les Français. La République c’est ce qui nous rassemble, malgré nos sensibilités et nos convictions différentes. Personne n’en a le monopole et certainement pas l’UMP.

Parce que quand même, quand au cœur de ses valeurs, on a le libéralisme économique, l’autoritarisme et la tradition, alors on choisit le nom de conservateurs et pas celui de Républicain!  La République, c’est la liberté, l’égalité, la fraternité. Or, ni la liberté, ni l’égalité, ni la fraternité ne figurent dans les références de M. Sarkozy et ses amis. Je vous mets au défi de trouver une seule de ces valeurs dans les textes et  les discours qui tentent d’expliquer le changement de nom de l’UMP.

Enfin, à chaque fois que dans son histoire, le parti gaulliste a changé de nom, c’était pour lancer un nouveau projet. Aujourd’hui, quel est le projet de la droite ? La petitesse de ce programme contraste cruellement avec la grandeur de la République. Le changement de nom vise à camoufler l’absence de projet.

Conflit chez les Le Pen

Le psycho-drame chez les Le Pen s’amplifie et révèle ce qu’est ce parti où l’on se tue pour l’héritage. Dans la grande entreprise de ripolinage entamée par les cadres du FN depuis 4 ans, le patriarche était devenu trop encombrant. Mais les Français ne doivent pas se faire duper.

Les idées restent les mêmes, profondément ancrées. La haine de l’immigré était au cœur du discours de Marine Le Pen le 1er mai dernier, son père n’aurait pas renié les mots qu’elle a prononcés.

Les méthodes sont les mêmes : violences, intimidations…Les militants sont les mêmes et restent attachés aux idées et à la personne de Jean-Marie Le Pen. Les acclamations auxquelles il a eu droit sur l’estrade du 1er mai montrent que leur véritable référence, c’est lui.

Enfin la corruption est la même qu’avant : l’évasion fiscale de la famille Le Pen, les fonds étrangers, les emplois fictifs, le détournement de fonds publics pour financer le micro-parti de Marine Le Pen….Le nouveau FN, c’est le même que l’ancien !