06/05/2012

COMMENT LE MEDEF DIT TOUT ET SON CONTRAIRE SUR LE GRAND PARIS

Le MEDEF a récemment publié un communiqué pour s’élever contre toute remise en cause du Grand Paris.

En mettant ainsi en garde la ministre de l’Egalité des Territoires et du Logement, le MEDEF se présente désormais comme le grand défenseur de ce projet estimé à 35 milliards d’euros. Pourtant, depuis 2009, Jérôme Dubus, son délégué général Ile-de-France, n’a de cesse de dénoncer « la pluie de taxes » qui va accompagner la mise en œuvre du Grand Paris.

Le 27 avril dernier, il s’exprimait encore une fois contre la hausse programmée du versement transport (la contribution des entreprises pour le fonctionnement des transports franciliens), qui sera, selon lui, « un mauvais coup porté à l’attractivité de l’Ile-de-France ».

Le MEDEF est donc en pleine contradiction.

La loi relative au Grand Paris du 3 juin 2010 a confié au STIF, sans aucune concertation, la charge d’exploiter cet énorme réseau. Le STIF estime que la facture pour faire tourner les trains, payer le personnel et entretenir les voies de ces nouvelles lignes de métro, s’élèvera à plusieurs centaines de millions d’euros par an !

Le MEDEF se met-il aujourd’hui à réclamer un réseau du Grand Paris dont il refuse d’assumer les charges de fonctionnement ?

Pour ma part, je refuse que ce soient les seuls franciliens qui aient à supporter les charges de fonctionnement de ce réseau comme le gouvernement Sarkozy avait déjà commencé à le faire en ajoutant à la taxe d’habitation un prélèvement supplémentaire dédié au Grand Paris.