07/02/2008

CLARTE, COURAGE, CREATIVITE : CHOISIR MAINTENANT POUR AGIR DEMAIN

Si nous le voulons vraiment, nous pouvons réussir un grand congrès qui marque les Français, un congrès de vérité illustrant notre capacité à faire des choix et à inventer. Dans l’hypothèse inverse, ce n’est pas seulement notre famille qui sortirait affaiblie du rendez-vous de Reims, mais toute la gauche et au bout du compte, notre vie démocratique.

A travers cette contribution nous souhaitons susciter une dynamique majoritaire et cohérente. Car nous voulons que les socialistes puissent éprouver de la fierté au sortir de ce congrès, clairs dans leurs convictions, courageux et crédibles dans leurs propositions, unis et motivés dans leur combat.

A l’heure où les Français affrontent à la fois souffrance sociale et perte de repères, nous devons incarner à leurs yeux une force d’opposition utile pour aujourd’hui et un mouvement d’alternance convaincant pour demain.
Pour cela, nous devons prendre la mesure des défis de notre temps, ce qui implique de travailler, ensemble, et de changer, vraiment.

Car le monde, lui-même, change. Les crises qui s’agrègent – sociale, alimentaire, financière, environnementale – sont les symptômes d’un seul et même basculement dans un autre temps. Notre modèle de développement est à bout de souffle. Le capitalisme, à l’échelle mondiale, atteint ses limites. La crise financière conduit même les pays qui y étaient le moins enclins à redécouvrir les vertus de la puissance publique : au Royaume Uni, on nationalise des banques pour éviter la ruine des petits épargnants et la Réserve fédérale américaine vole au secours des marchés boursiers. D’évidence, la régulation apparaît comme une nécessité impérieuse.

Face à la profondeur et à l’accélération de ces bouleversements, le quotidien de nos concitoyens est devenu très difficile, jusque dans ses dimensions les plus élémentaires : se loger, se nourrir, se déplacer. La vie est de plus en plus chère, de plus en plus injuste, les conditions de travail de plus en plus âpres. Tandis qu’en un an la rémunération des patrons du CAC 40 a augmenté de 54%, les salaires des Français n’ont progressé que de 2,7%, soit… 0,4% de moins que l’inflation.

Lire la contribution choisir maintenant pour agir demain

Cliquez ici pour signer la contribution

Vous souhaitez connaitre les signataires? Cliquez ici