04/22/2009

CECI N’EST PAS UNE PIPE…

tati.JPGSigne de la grande frilosité morale des temps, Métrobus, la régie publicitaire de la RATP a décidé de prendre la loi Evin au pied de la lettre en rectifiant l’affiche de l’exposition consacrée à Jacques Tati à la Cinémathèque.
Sur l’originale, on voit Tati dans son incarnation la plus célèbre : celle de Mr Hulot, reconnaissable jusqu’au bout de sa pipe. Pipe, qui a disparu dans la version Metrobus, remplacée par un petit moulinet.
Le ridicule a plus de chances de tuer les afficheurs que le tabagisme…
En effet, au nom d’une loi qui ne le demande pas, Metrobus a exigé que la photo soit débarrassée de la célèbre pipe éteinte.
Auto-censure poussée à l’absurde.
On avait déjà ôté en 2005 la cigarette du bec de Sartre, exposé à la BNF, pour outrage à la bonne hygiène de vie. Faudra-t-il alors réécrire l’histoire de l’art, des lettres et de l’humour tout entière ?
Les films de Jacques Tati nous renvoient le reflet d’une France, toute de poésie, de légèreté et d’insouciance ; cette “affaire Tati” nous renvoie, elle, l’image d’une France, crispée, bridée, étriquée et peureuse, celle que nous ne voulons pas.