04/01/2011

CANNABIS : CHANGER DE POLITIQUE POUR SORTIR DE LA SPIRALE DE L’ECHEC

L’interdiction totale du cannabis en place dans notre pays est un échec. Les récents règlements de comptes entre bandes rivales à Sevran pour la répartition du marché en sont une preuve supplémentaire. Le nombre de consommateurs continue d’augmenter, ce qui rend les sommes en jeux de plus en plus importantes. Puisqu’ils ne peuvent se fournir qu’auprès de réseaux illégaux, cela alimente les mafias et engendre une violence qui rend invivable le quotidien de certains quartiers. Loin de permettre l’éradication des filières, l’interdiction actuelle crée le terreau favorable au développement de ces trafics.

Mais quand plus de 4 millions de personnes consomment un produit interdit, il est temps de s’interroger sur la validité de l’interdiction elle-même. Surtout quand les études scientifiques ont démontré la relativité du dangers du cannabis par rapport à des produits distribués en toute légalité, comme le tabac et l’alcool. La prohibition actuelle ressemble d’ailleurs de plus en plus à celle de l’alcool aux Etats-Unis dans les années 1920. Elle tient plus aujourd’hui d’une idéologie dépassée, alimentée par des fantasmes, que d’une analyse pragmatique des faits.

Seule une légalisation contrôlée du cannabis permettrait de sortir de cette spirale. Elle assécherait directement le marché en rendant inutile le passage par des réseaux illégaux. Les dealers sont d’ailleurs les premiers adversaires de cette politique. Elle autoriserait également la mise en place de véritables campagnes de santé publique, expliquant de manière crédible les conséquences d’une consommation excessive, à l’inverse des spots anti-drogues actuels complètement inefficaces car déconnectés de la réalité.

Quand une politique basée sur des principes erronés entraîne autant d’effets pervers, c’est que le moment est venu d’en changer. Il faut écouter les élus de terrains qui se battent quotidiennement et savent identifier les vrais problèmes : le trafic de cannabis plus que le cannabis lui même.