11/02/2015

Budget de la Culture et Ateliers Berthier au menu de la Commission

Je suis intervenue au nom des députés socialistes lors de l’examen du budget de la Culture pour 2016 en Commission élargie.

Lors de cette réunion, la ministre de la Culture Fleur Pellerin a également donné quelques précisions sur le projet d’aménagement des Ateliers Berthier situés dans la ZAC Clichy-Batignolles.

Retrouvez ci-dessous mon intervention et celle de la ministre.

Budget Culture 2016 en Commission élargie par annick-lepetit

Mme la Ministre, Messieurs les Présidents, mes chers collègues,

Le financement de la culture n’est pas une simple dépense, mais un investissement fondamental pour une société, comme l’a très bien dit notre collègue Pierre Alain Muet que je remercie d’avoir chaleureusement cité la ZAC Clichy-Batignolles située au cœur de ma circonscription. Je remercie aussi Mme la ministre d’avoir répondu sur ce magnifique projet. En cette période de difficultés économiques, n’oublions pas que les activités culturelles représentent près de 700.000 emplois et 3,2 % de la valeur ajoutée totale de notre pays. A titre de comparaison, c’est sept fois la valeur ajoutée de l’automobile.

Nous pouvons donc nous réjouir de voir que, pour cette année 2016, non seulement l’engagement du gouvernement de sanctuariser le budget de la culture est tenu, mais que nous allons même au-delà.

La Mission Culture, qui nous concerne aujourd’hui, connaît pour sa part une augmentation de 44,3 millions d’euros en 2016 par rapport au PLF 2015 et c’est une très bonne nouvelle. Cela permettra, entre autres choses, la mise en œuvre des mesures portées par le projet de loi relatif à la liberté de création, à l’architecture et au patrimoine, que nous avons déjà adopté en 1ère lecture et dont nous poursuivrons l’étude l’année prochaine.

Ces fonds supplémentaires doivent surtout permettre d’aller plus loin dans les politiques jugées prioritaires par la majorité, à savoir notamment l’accès à la culture de tous les publics, l’aide à la création et à son renouvellement, et la modernisation des outils d’intervention et des équipements du ministère.

Offrir à tous les citoyens un accès à la culture, quel que soit leur âge, leur milieu social, leur niveau d’éducation et leur situation géographique est l’un de ces axes prioritaires. Les zones les plus éloignées de l’offre culturelle sont particulièrement visées, c’est à dire les quartiers prioritaires de la politique de la ville et les territoires ruraux.

Pour cela l’État peut s’appuyer sur plusieurs outils, comme par exemple les Scènes nationales qui font cette année l’objet d’un excellent rapport pour avis de notre collègue Marie Odile Bouillé. Je pense également aux Conservatoires conventionnés qui constituent le premier réseau de proximité pour l’accès, l’éducation et la formation des jeunes aux pratiques artistiques. Leurs subventions vont ainsi tripler en 2016 pour passer de 4,4 à 13,5 millions d’euros.

Autre réseau pour qui l’année 2016 sera importante, les Scènes de musiques actuelles. Depuis 2011, les SMAC font l’objet d’un plan pluriannuel de développement du réseau sur tout le territoire, qui vise à relier une centaine de lieux et à leur apporter les moyens suffisants pour accomplir leurs missions. Ce plan s’achève cette année avec un budget de 11,7 millions d’euros, soit 2 millions de plus qu’en 2015. Si certaines sont situées dans des grandes villes comme Bordeaux ou Toulouse, ce réseau irrigue surtout le milieu rural avec des Scènes de qualité à Annonay, Mont-de-Marsan ou Bergerac.

Je rappelle d’ailleurs que ce sont les DRAC qui déclinent localement la politique culturelle financée par ce budget. Avec la loi NOTRe, les Directions situées dans les régions vouées à fusionner vont devoir se réorganiser. Nous garderons donc un œil attentif à ce sujet en 2016 pour que la volonté de simplification et d’économies qui a guidée cette réforme territoriale n’aboutisse pas à un éloignement trop grand entre les centres de décision et les acteurs sur le terrain. C’est une crainte que nous entendons souvent chez ces derniers.

Autre priorité mise en avant, les actions en matière de démocratisation culturelle vont connaitre une augmentation de près de 22 % par rapport à 2015, et un budget atteignant presque 100 millions d’euros. Plus particulièrement, les crédits consacrés à l’éducation artistique et culturelle se monteront à 54,6 M€, soit une augmentation de 34% par rapport à 2015 et de 80% par rapport à 2012. Dans notre Commission qui regroupe aussi bien les sujets d’éducation que de culture, on ne peut évidemment que se féliciter d’une hausse des moyens aussi élevée.

Certaines actions spécifiques doivent être soulignées comme le fait que trois de nos plus importants et prestigieux lieu de culture seront désormais ouvert tous les jours. Comme l’a annoncé le Président de la République le 7 septembre dernier, le Musée du Louvre, le Musée d’Orsay et le Château de Versailles réserveront ce jour d’ouverture supplémentaire aux élèves des écoles, collèges et lycées.

Autre action emblématique, le projet Démos qui vise à favoriser l’accès à la pratique musicale en orchestre pour des enfants résidants dans des zones rurales ou dans des quartiers de la politique de la ville, comme c’est le cas à la Philharmonie de Paris. Vous en avez parlé Mme la ministre et je me félicite que vous ayez décidé d’accompagner le développement du dispositif en mettant des moyens supplémentaires.

Comme l’ont proposé les Assises de la Jeune Création organisées au deuxième trimestre 2015, le Projet de loi de Finance de 2016 donne la priorité au réseau de l’ « Enseignement supérieur culture » et permettra de consolider ces établissements dans le secteur de l’enseignement supérieur à travers plusieurs mesures attendues : mise en place du statut d’enseignant-chercheurs dans les écoles d’architecture, déploiement des doctorats en art, ou encore développement des classes préparatoires publiques aux concours des écoles de l’ESC.

Je terminerai avec l’enveloppe de plus de 313 millions d’euros qui sera consacrés à la préservation et la restauration du patrimoine. Au-delà de leur dimension culturelle indéniable, ces crédits permettront aussi de soutenir l’activité économique dans les régions, de favoriser la création d’emplois non délocalisables et de contribuer à la préservation des savoir-faire traditionnels. Ce qui rappelle une fois de plus que la bataille pour l’emploi passe aussi par la culture.

Lors de cette réunion, la ministre de la Culture Fleur Pellerin a donné quelques précisions sur le projet d’aménagement des Ateliers Berthier situés dans la ZAC Clichy-Batignolles :

Les Ateliers Berthier, c’est un projet d’aménagement très important. Le ministère de la Culture a lancé une étude de programmation sur l’évolution de ces ateliers en septembre 2015, dont j’espère qu’elle pourra aboutir en juin 2016. L’objectif est de répondre aux besoins de structures qui sont déjà présentes sur le site tout en constituant un pôle théâtral majeur, puisque l’idée est qu’il pourrait permettre d’associer la Comédie Française, le Théâtre de l’Odéon et notre prestigieuse école d’enseignement théâtrale le Conservatoire.

C’est un projet qui est estimé aujourd’hui à environ 20 M€, qui s’articule aussi avec l’usage renforcé de la salle modulable de l’opéra Bastille, ainsi que du terrain dit des Délaissés, parcelle dont l’Etat est propriétaire à l’arrière du bâtiment de l’Opéra Bastille.

D’ores et déjà 3 M€ d’autorisations d’engagements et 1,5 M€ de crédits de paiements sont inscrits au PLF 2016 pour le lancement et la réalisation de différentes études de maitrise d’œuvre qui seront nécessaire à la réalisation de l’opération.

Je rappelle juste que c’est une opération qui pourrait être assez emblématique dans un contexte où l’ensemble du quartier lui-même connait une transformation très importante, avec notamment l’installation du nouveau palais de justice, donc c’est vraiment un quartier qui est en devenir et dans lequel ce projet d’aménagement pourrait prendre du sens. Mais nous en sommes pour l’instant au stade des études préalables.