10/19/2009

BOUCLIER FISCAL : LES PREMIÈRES FISSURES

billets-de-banque.jpgDepuis l’élection de Nicolas Sarkozy, le bouclier fiscal est devenu le plus grand symbole de la politique injuste menée par la droite. Alors que les français les plus fragiles sont sans cesse mis à contribution par de nouvelles taxes, le gouvernement redistribue un demi-milliard d’euros chaque année aux quelques centaines de contribuables les plus riches du pays.
Les socialistes n’ont cessé de se battre contre cette mesure. Le 30 avril dernier, nous avons même débattu à l’Assemblée d’une proposition de loi visant à la supprimer, mais la droite, unanime, l’avait alors rejetée. Pourtant, ces jours-ci, les critiques contre cette disposition scandaleuse ne sont plus venues exclusivement des rangs de gauche, mais aussi de quelques députés de la majorité. Bien sûr, ceux-ci restent encore timides et ne font que demander la sortie des prélèvements sociaux et des impôts locaux du champs d’action du bouclier. Comme on pouvait s’en douter, le gouvernement, incapable de reconnaître ses erreurs, a aussitôt refusé cette idée. Mais c’est la preuve que l’inefficacité de cette mesure, sa profonde injustice et son coût commence à gêner ceux qui, hier encore, n’y trouvaient rien à redire.