11/05/2010

AVEC LA DROITE, MIEUX VAUT ÊTRE RICHE ET EN BONNE SANTÉ…

La majorité a voté à l’Assemblée le budget de la Sécurité Sociale pour 2011. D’avantage encore que les années précédentes, ce texte sert plus à rafistoler un bateau prenant l’eau de toute part qu’à financer une protection sociale digne de ce nom.

Rappelons tout d’abord que les 3 dernières années où le budget de la Sécu était équilibré (1999, 2000, 2001) la France était dirigée par un gouvernement socialiste. Depuis le retour de la droite au pouvoir, cela fait 8 ans que le déficit ne cesse de se creuser en même temps que la protection des français se détériore à vue d’oeil. Ce sont en effet 130 milliards d’euros de dette que la droite a accumulé depuis 2002, auxquels s’ajoutent les 25 milliards de cette année. Sur cette somme, la Cour des Comptes constate qu’un tiers seulement est dû à la crise, ce qui signifie que la mauvaise gestion du gouvernement est à l’origine des deux tiers restants.

Le pire c’est qu’il le fait exprès. Ce budget précipite sciemment la Sécurité Sociale dans le mur pour mieux justifier, dans quelques temps, la privatisation de tout le système.

Si les ministres répètent les uns après les autres que les impôts n’augmentent pas, c’est pour ne jamais parler de toutes ces taxes et impôts indirects qui explosent. Par exemple, une nouvelle taxe sur les complémentaires santé va obliger celles-ci à augmenter leurs cotisations de 2 à 10 % cette année, ponctionnant directement les revenus des ménages. Les médicaments pris en charge à 35 % ne le seront plus qu’à 30 % et les déremboursements vont continuer.

Il y a encore quelques années, notre système de santé était un modèle pour de nombreux pays et nous avions de quoi en être fier. Aujourd’hui, on s’aperçoit que les soins courants ne sont plus remboursés qu’à 55 % en moyenne par la Sécurité Sociale. Près de 5 millions de personnes n’ont pas les moyens d’avoir une complémentaire, dont 15 % des ouvriers et 18 % des chômeurs. Au final, on arrive à cette situation inacceptable où un français sur quatre a déjà renoncé à des soins médicaux à cause de leurs coûts. Sans parler de nombreux jeunes qui ne vont jamais consulter.

Dette astronomique, services dégradés et soins trop chers pour de plus en plus de personnes, en matière de santé, la droite a complètement échoué.