09/08/2009

APRES LA CREATION DES FRANCHISES MEDICALES, VOICI L’AUGMENTATION DU FORFAIT HOSPITALIER

crise-budget-finance-dette-deficit-publique-deficits-secu-securite-sociale-bercy.jpgA cour d’idée pour financer le déficit de la Sécurité Sociale qui ne cesse de se creuser (près de 20 milliards d’euros en 2009), le gouvernement réfléchi à augmenter de 25% le forfait hospitalier. C’est à dire faire payer encore plus les patients qui n’ont d’autre choix que de se faire hospitaliser. Cette annonce est choquante car, une fois de plus, ce sont les plus fragiles et les plus malades parmi les classes moyennes qui seront mis à contribution.Depuis que la droite est revenue au pouvoir en 2002, elle n’a cessé d’annoncer des mesures miracles devant équilibrer les comptes de la Sécurité Sociale. La plupart n’avaient pour but que de rendre plus cher pour les malades l’accès au soin, comme les franchises médicales, ou de rediriger les activités les plus rémunératrices vers la médecine privée, comme il y a quelques mois à peine avec  la loi Bachelot sur l’hôpital. Toutes ces tentatives ont échoué. Cette annonce s’inscrit malheureusement dans la même lignée : une mesure injuste de plus qui accentuera la médecine à deux vitesses que la droite organise, mais qui ne réglera rien aux problèmes de fond.
Pourtant, d’autres sources de financement existent. Par pure idéologie, la droite a supprimé les cotisations sociales sur les heures supplémentaires. En plus de supprimer des emplois, cette mesure phare du paquet fiscal creuse le déficit de la Sécurité Sociale de plusieurs milliards chaque année. Quand à la taxation des stock-options, dont le gouvernement parle régulièrement mais qu’il ne met jamais en oeuvre, elle rapporterait 3 milliards d’euros par an d’après le Président de la Cours des Comptes.