02/09/2009

AGIR LOCAL, PENSER GLOBAL !

maison-verte.jpgLe plan de relance présenté le 2 février par le Premier ministre François Fillon, investit dans 1000 chantiers dont la grande majorité sont en décalage complet avec les orientations du Grenelle de l’environnement.
Dans son discours, le Grenelle de l’environnement n’a même pas été évoqué.
Les investissements concernent pour la plupart des chantiers déjà engagés, sans innovation écologique, sans nouvelle orientation économique allant dans le sens de la réduction de la consommation énergétique, de l’extension de l’agriculture biologique, de la réorientation des déplacements vers des transports propres, de création d’emplois verts ou de construction massive et de réhabilitation de logements sociaux.
Prenons, par exemple, les transports. On avait pratiquement sonné le glas du tout routier et autoroutier. On est reparti sur des chantiers qui vont nous remettre dans une augmentation de nos émissions de gaz à effet de serre. Les projets autoroutiers de l’A63 (Bordeaux-Espagne), l’A355 (Strasbourg) et l’A150 (Le Havre-Rouen) sont lancés, alors qu’ils avaient été gelés par le Grenelle.
1 milliard d’euros seront consacrés à l’entretien et à la création de routes, au détriment du développement des transports en communs et des infrastructures favorisant les transports propres.
Le budget prévu pour la rénovation énergétique des 30 millions de logements anciens présents dans l’hexagone est établi sous forme de subventions, qui s’élèveront à 100 millions d’euros : une goutte d’eau, quand le prix de la rénovation d’un logement pour aboutir à une meilleure performance énergétique atteint entre 200 et 400 euros du mètre carré ! Ce montant s’ajoute également aux mesures déjà existantes dans le Grenelle, notamment l’éco-prêt à taux zéro et le crédit d’impôt « développement durable ».
Ce plan de relance ne tient malheureusement pas compte des engagements du Grenelle de l’Environnement. L’environnement ne doit pas être considéré comme un paramètre marginal.
Le deuxième volet du Grenelle, qui a été adopté lors du premier conseil des ministres de l’année, doit arriver à l’Assemblée nationale courant mars. Comptez sur moi pour « verdir » ce plan de relance désastreux.