09/03/2010

AFFAIRE WOERTH : LA JUSTICE BAT EN RETRAITE

Pour l’affaire Bettencourt-Woerth il n’y a pas de rentrée, le feuilleton ayant continué tout l’été.

Un épisode récent vient de révéler un mensonge franc et massif du ministre puisque, contrairement à ce qu’il a toujours déclaré, il est bien intervenu personnellement et à plusieurs reprises pour que la Légion d’honneur soit attribuée au mandataire de Mme Bettencourt, Patrice de Maistre, employeur de son épouse et généreux financeur de l’UMP.

Eric Woerth, à la veille du débat parlementaire et des manifestations sur les retraites, est de plus en plus isolé à dénoncer « une lapidation médiatique » et à estimer que  » c’est une grande banalité tout ça « . Combien de temps encore le ministre du Travail et des Affaires sociales, ex-trésorier de l’UMP, va-t-il pouvoir conduire projet de loi et discussions avec les parlementaires et les syndicats ? Quel crédit lui accorder ? De plus, c’est la défaillance de la justice qui se retrouve au premier plan alors que le dossier des retraites, tel qu’il est mené, est déjà à lui seul explosif.

En verrouillant le système judiciaire pour empêcher la nomination d’un juge d’instruction depuis des mois, le Président de la République a une fois de plus mis le feu. Cette fois-ci, il n’a plus la maîtrise de la pompe à incendie et comme par temps de mistral les braises s’éparpillent et les flammes reprennent un peu partout. Nicolas Sarkozy qui aime jouer les pompiers pyromane risque de ne retrouver bientôt plus qu’un tas de cendres…

Il n’est pas question de laisser faire, nous sommes tous concernés. Raison de plus pour se mobiliser le 7 septembre, à l’occasion des manifestations contre la réforme des retraites. La France le vaut bien !